Numéro 1                                                                                              3 janvier 2021

TABLE DES MATIÈRES


Une nouvelle année commence

Nos meilleurs voeux de succès pour 2021
Solutions
- Pauline Easton -

Les possibilités d'une élection fédérale
- Anna Di Carlo -
Annonce


26e anniversaire de l'Initiative historique du PCC(M-L)

Un projet d'édification nationale comme aucun autre


62e anniversaire de la Révolution cubaine

Vive la Révolution cubaine!

Le Réseau canadien pour Cuba est l'hôte d'un piquetage
virtuel mondial réussi de 24 heures

L'Institut cubain d'amitié avec les peuples célèbre
son 60e anniversaire


217e anniversaire de la révolution haïtienne

Vive la lutte historique du peuple haïtien pour les droits et la liberté


Argentine

Une victoire pour les droits : l'Argentine légalise l'avortement

- Yolanda Machado -


SUPPLÉMENT
Cuba affirme sa révolution et son droit d'être

Nous sommes Cuba Vivante, le pays qui s'est employé
à résister et à vaincre

- Discours du président de Cuba Miguel Diaz-Canel -




Une nouvelle année commence

Nos meilleurs voeux de succès pour 2021

À l'occasion du Nouvel An, le Parti communiste du Canada (marxiste-léniniste) salue tous celles et ceux qui, partout dans le monde, ont joué un rôle crucial en 2020 en montrant par leurs actes que notre sécurité est dans la lutte pour l'affirmation des droits de toutes et tous.

D'abord et avant tout, le Parti transmet ses salutations chaleureuses du Nouvel An à tous ses membres et sympathisants. Il exprime son appréciation sincère de tous les efforts déployés pour faire avancer son projet d'édification nationale dont le 25e anniversaire a été marqué cette année, l'année du 50e anniversaire de la fondation du Parti. Plusieurs initiatives ont été prises en 2020 pour consolider l'Initiative historique du PCC(M-L) conformément aux décisions du VIIIe Congrès et les résultats sont encourageants. Le grand effort pour publier Le Marxiste-Léniniste, ses suppléments et Forum ouvrier, pour encourager tous celles et ceux qui sont aux premières lignes de la lutte pour l'affirmation des droits de toutes et de tous, a été vraiment exceptionnel. Pour citer un lecteur : « Meilleurs voeux de 2021 au Parti pour toutes vos actions et votre clarté dans le passé. Que le Parti continue et prospère dans la ‘nouvelle' année ! »

Le PCC(M-L) salue également la classe ouvrière et le peuple du Canada qui se sont fait honneur durant l'année qui vient de s'écouler. Ils ont encore une fois montré de quoi ils sont faits, dans les conditions de la pandémie, en combattant les injustices de toutes sortes et en soutenant ceux qui luttent pour la paix, la justice et la démocratie, tant au pays qu'à l'étranger. Les travailleurs canadiens expriment collectivement leurs réclamations à la société en s'opposant à tout acte d'injustice, y compris dans les conditions de la pandémie où ils doivent veiller eux-mêmes à la sécurité de leurs collègues de travail.

À leur grand honneur, les travailleurs canadiens ont persisté à défendre la dignité du travail en réclamant ce qui leur appartient de droit. Choisissant la grande voie, non seulement défendent-ils la santé, la sécurité et le bien-être de ceux dont ils ont la responsabilité immédiate, mais ils s'efforcent collectivement de trouver des moyens d'exiger des comptes des gouvernements qui persistent sur la voie de la destruction antisociale et prétendent avoir le mandat de le faire.

La pandémie a permis de sensibiliser les Canadiens à l'état de l'économie et au rôle des travailleurs dans la production. Les Canadiens sont devenus plus conscients de la manière dont l'économie est gérée au Canada, des conséquences désastreuses où mène la voie de payer les riches suivie par les gouvernements des différents partis, tant au niveau fédéral que provincial, depuis l'avènement du néolibéralisme au milieu des années 1980. À l'initiative des travailleurs, de nombreux collectifs se sont mobilisés pour apporter des solutions aux nombreux problèmes qui existent à cause du démantèlement de tous les arrangements connus jusqu'alors. Il est clair que tant que la direction donnée par les pouvoirs en place à l'économie et à tous les aspects de la vie sera de préserver le système capitaliste mangeur d'hommes et les institutions dites de démocratie libérale qui ont fait leur temps, la destruction de l'environnement social et naturel se poursuivra au service d'intérêts privés étroits. Le chaos et l'incohérence généralisée continueront de dominer tous les aspects de la vie et continueront de causer la destruction.

La mondialisation sous le contrôle de l'oligarchie financière est une catastrophe : la pauvreté, l'itinérance, le chômage, la destruction de la nature et les menaces de guerre mondiale qui grandissent chaque jour. La classe ouvrière a la force du nombre et la capacité d'établir une nouvelle direction pour sortir l'humanité des ténèbres dans lesquels l'élite dominante a plongé l'espèce humaine et la Terre Mère dans son obsession à payer les riches.

Conscients des difficultés auxquelles ils sont confrontés, nous saluons tous les travailleurs qui produisent et fournissent les biens et les services dont nous ne pouvons nous passer. La plupart d'entre eux mettent leur santé et leur vie en péril en l'absence de coopération de leurs employeurs ou des gouvernements à tous les niveaux, dont l'objectif premier est de payer les riches et non de voir au bien-être de la population.

Nous condamnons le gouvernement fédéral pour avoir réagi à la pandémie d'une manière tout à fait intéressée, empruntant de l'argent à des sources privées, puis appelant ces fonds privés « fonds publics » pour ensuite les distribuer principalement à des intérêts privés étroits, prétendant que ce sont eux, et non les travailleurs, qui sont essentiels à l'économie. Sa décision d'exiger que les travailleurs et les étudiants vulnérables remboursent les milliers dollars qu'ils ont reçus de la Prestation canadienne d'urgence et autres soutiens sous prétexte qu'ils n'étaient pas admissibles au départ, selon des règles dont on ne les avait pas informés, est inadmissible. Comment ceux qui n'ont pas d'argent vont-ils faire pour rembourser cet argent ?

Nous exprimons notre grande admiration pour les professionnels et les travailleurs de la santé qui ont défendu avec acharnement la population contre la contagion, dans les conditions les plus difficiles à cause de décennies de compressions antisociales dans le système de santé et de la privatisation des services de santé. Nous exprimons nos plus sincères condoléances aux familles de ceux qui ont été victimes du coronavirus à cause du refus et de l'incapacité des gouvernements de financer adéquatement un système de santé public qui maintient les normes les plus élevées en matière de soins et de qualité.

Nous sommes de tout coeur avec les familles qui ont perdu des proches comme résidents ou dans l'exercice de leurs fonctions dans les établissements de soins de longue durée. Personne ne devrait être forcé de subir l'inhumanité des stratagèmes pour payer les riches. Cette orientation a produit des soins à but lucratif qui laissent nos aînés et le personnel qui les soigne à l'abandon, à un destin parfaitement évitable.

Nous saluons les enseignantes et les enseignants et tout le personnel de nos garderies, écoles, collèges et universités qui s'acquittent de leurs tâches dans des conditions intenables. Nos meilleurs voeux à tous les enfants, étudiants et parents qui sont obligés de se débrouiller dans des conditions de vie que les gouvernements s'assurent de maintenir hors de leur contrôle.

Nous saluons les travailleurs et les personnes de tous les horizons qui se sont manifestés pour protéger et défendre les travailleurs migrants, les étudiants étrangers, les demandeurs du statut de réfugiés et les immigrants récents vulnérables, ainsi que ceux qui défendent les droits des sans-abri et de tous ceux et celles qui ont besoin d'abri et de protection.

À l'occasion de la nouvelle année, le PCC(M-L) salue les peuples autochtones dont la lutte pour mettre fin à l'injustice coloniale et faire respecter les droits qui leur appartiennent du fait de leur existence est au coeur de la résolution des problèmes de la constitution, de la démocratie et des institutions anachroniques du Canada.

De même, les efforts des résidents de toutes les provinces et du Québec pour mettre fin à l'offensive antisociale et résoudre la crise en faveur du peuple encouragent chacun à persister dans sa volonté d'humaniser l'environnement naturel et social. La jeunesse fait la fierté de tous à cet égard. Tout cela souligne le fait que la classe ouvrière et le peuple sont parfaitement capables de sortir la société de la crise en résolvant les problèmes auxquels elle est confrontée.

Nous saluons la lutte de résistance courageuse et le combat pour les droits de la classe ouvrière et du peuple des États-Unis. Leur lutte pour la justice, contre l'impunité policière et pour l'égalité a grandi en ampleur et en intensité au cours de la dernière année, gagnant le soutien des forces démocratiques du monde entier, notamment des Canadiens qui partagent bonheurs et malheurs avec leurs voisins du sud. Aujourd'hui, alors que le nombre d'évictions monte en flèche aux États-Unis et que le chômage massif, conséquence de la pandémie, signifie qu'il n'y a pas d'argent pour se nourrir et se loger, le combat que le peuple mène pour mettre en place de nouveaux arrangements est appelé à ouvrir la voie au progrès.

Nous transmettons nos salutations aux peuples d'Asie, d'Afrique, d'Amérique latine et des Caraïbes qui luttent pour leurs droits et réaffirmons notre solidarité anti-impérialiste. Leurs luttes pour la justice et pour être maîtres de leur destin se poursuivent sans relâche et s'intensifient, même dans les conditions d'une pandémie incontrôlée et de la crise qui assaille leur société, qui ne fait qu'exacerber les injustices déjà très graves de la vie quotidienne. Aujourd'hui, les yeux du monde entier sont tournés vers les fermiers et les peuples de toute l'Inde qui luttent pour abroger les lois agricoles destinées à les déposséder au profit d'intérêts privés étroits. Par centaines de millions, les habitants de l'Inde et de l'Asie du Sud réclament justice et revendiquent des arrangements constitutionnels qui les favorisent. Un salut rouge au peuple du Cachemire et à tous les peuples qui affirment leur droit d'être.

Nous saluons les peuples d'Asie occidentale qui persistent dans leur lutte pour la souveraineté et leur droit à l'existence face à l'agression incessante de l'impérialisme américain et de ses hommes de main, notamment les sionistes israéliens en Palestine, en Syrie, en Iran et au Yémen. Nous sommes également aux côtés des peuples d'Afrique où les anciennes puissances coloniales, dans leur acharnement à vouloir continuer de piller les ressources naturelles et contrôler les sphères d'influence, commettent des agressions contre les peuples des anciennes colonies qui s'efforcent d'être les décideurs souverains de leurs nations. C'est le cas au Mali, en Côte d'Ivoire et ailleurs, notamment en République arabe sahraouie démocratique dont le peuple résiste activement à la tentative du Maroc, soutenu par la France, de réoccuper son pays par la force des armes.

Félicitations aux peuples organisés du Venezuela et de la Bolivie qui ont remporté des victoires électorales importantes en 2020, donnant une réponse bien méritée à l'impérialisme américain et à ses apaiseurs, y compris le Canada, lesquels sont déterminés à forcer un changement de régime dans leur pays et à empêcher le peuple d'exprimer sa volonté démocratique. Nous nous engageons à faire tout en notre possible pour que l'Amérique latine et les Caraïbes soient une zone de paix et que le Canada ne puisse pas être utilisé comme base pour miner la lutte des peuples pour la paix, la démocratie et la liberté.

Le 1er janvier est le 217e anniversaire de la révolution haïtienne de 1804 qui a renversé le règne de l'esclavage et du colonialisme. Les révolutionnaires dirigés par Toussaint Louverture et Jean-Jacques Dessalines ont combattu et vaincu successivement les puissances européennes de la France, de l'Espagne et de l'Angleterre et établi fièrement leur république indépendante, Haïti, en 1804. Haïti a été le premier pays au monde à établir les droits de citoyenneté sur une base moderne, droits qui appartiennent aux êtres humains du fait qu'ils sont des êtres humains membres d'un corps politique. Ce fut une rupture décisive avec la conception des droits des puissances coloniales reposant sur la propriété et un système de privilèges, que les impérialistes américains et d'autres continuent à ce jour d'imposer au peuple haïtien. Les réalisations remarquables d'Haïti ont encore aujourd'hui une grande importance pour son peuple et pour tous les peuples du monde qui luttent pour de nouveaux arrangements qui affirment les droits sur une base moderne.

Le 1er janvier, nous transmettons également nos salutations chaleureuses à tous nos partis fraternels, en particulier en ce moment au Parti communiste de Cuba et à son premier secrétaire, le général d'armée Raul Castro, ainsi qu'au peuple cubain et à son président Miguel Diaz-Canel, et les félicitons à l'occasion du 62e anniversaire de la Révolution cubaine. Nous nous engageons à faire tout en notre pouvoir pour contribuer à vaincre le blocus criminel des États-Unis et les attaques d'autres types que les États-Unis intensifient dans le vain espoir de mettre à genoux Cuba révolutionnaire. Pendant ce temps, le prestige de Cuba a atteint de nouveaux sommets par sa résistance au blocus brutal des États-Unis et sa défense résolue de son indépendance et de son projet d'édification nationale. L'oeuvre exemplaire de la Brigade médicale internationale Henry Reeve, qui sauve des vies dans plus de 39 pays, lui a valu une mise en candidature pour le Prix Nobel de la paix 2021. Le travail des scientifiques cubains est également exemplaire. Ils ont déjà mis au point quatre vaccins candidats dans le cadre des efforts de Cuba pour aider à protéger l'humanité contre le virus SRAS CoV-2.

Nos salutations vont aussi au Parti communiste du Vietnam et nous lui transmettons nos meilleurs souhaits de succès à son 13e Congrès national qui se tiendra en janvier 2021. Le gouvernement et le peuple du Vietnam doivent être félicités pour le succès remarquable qu'ils ont obtenu dans le combat pour contenir la pandémie dans leur pays et en développant leur propre vaccin sur la base de leurs propres forces. Avec la mobilisation et la participation active de l'ensemble du peuple, au 30 décembre 2020, le Vietnam n'a enregistré que 1 456 cas au total d'infection à la COVID-19 et 35 décès au total, soit 15 cas et 0,4 décès causés par la COVID-19 par million d'habitants, l'un des meilleurs résultats au monde.

Nos félicitations vont aussi au peuple de la République populaire démocratique de Corée et à sa direction pour leurs réalisations dans l'amélioration continuelle du bien-être du peuple malgré un régime de sanctions brutales, des tentatives de changement de régime et une pandémie mondiale. Nous souhaitons plein succès au Parti du travail de Corée et à sa direction lors de la tenue de leur 8e Congrès durant la nouvelle année.

Nous voulons aussi exprimer notre confiance dans la lutte des peuples d'Europe et de l'Océanie dont les efforts pour affirmer les droits de tous n'ont pas leur égal.

Personne n'est triste de voir l'année 2020 se terminer. Elle passera dans les annales comme une année d'incertitude accablante pour les peuples du monde entier à cause de la pandémie de COVID-19. Les Canadiens, les Québécois et les peuples autochtones sont très fiers d'avoir affronté la pandémie d'une manière qui défend les droits de toutes et de tous. Ils ont beaucoup appris de leur expérience, laquelle nous assimilons à ce moment de l'année où nous disons adieu au passé et nous engageons dans l'année nouvelle. Une leçon cruciale est de ne pas mettre nos vies en suspens en raison de circonstances considérées comme exceptionnelles.

Il s'agit d'un moment historique très particulier où toutes les anciennes formes de gouvernance n'existent plus et où les nouvelles formes qui doivent les remplacer n'ont pas encore vu le jour. Ce qui constituait une autorité publique a été remplacé par la domination destructrice et la dictature des intérêts privés étroits. Loin de mettre nos vies en attente et d'espérer que l'ancien statu quo revienne, nous devons vivre pleinement notre vie dans toutes les conditions et en toutes circonstances. La vie est notre raison d'être, la vie est ce que nous créons en vivant. C'est à nous de s'en saisir.

Nos meilleurs voeux pour la nouvelle année ! Restez en sécurité !

Comité central, Parti communiste du Canada (marxiste-léniniste)

Haut de page


Solutions

En 2021, le Parti communiste du Canada (marxiste-léniniste) va accorder une attention de premier plan à la recherche de solutions aux problèmes auxquels nous sommes confrontés. Il entend aller au coeur de la question de savoir ce que signifie apporter aux problèmes des solutions qui favorisent les intérêts des travailleurs et non ceux des riches.

Toutes les sociétés capitalistes sont assaillies par des problèmes sociaux, spirituels et économiques qui persistent et qui s'aggravent d'année en année. Le Canada ne fait pas exception. Le programme néolibéral de destruction nationale de la classe dirigeante fait des ravages et impose aux travailleurs des problèmes qui doivent être résolus.

Le modèle de gouvernance du Canada est basé sur la théorie hobbesienne du contrat social. Celle-ci a vu le jour il y a plusieurs siècles, en Angleterre dans les années 1660, comme moyen de sortir la classe dirigeante de l'époque de la guerre civile. Elle établit une personne fictive de l'État comme personne morale qui veille de haut sur les personnes classées comme sujets. Cette personne fictive tient une épée dans une main et un bâton pastoral dans l'autre, représentant le pouvoir décisionnel au-dessus du peuple. Les questions liées à la guerre, à la paix et à la justice sont donc du seul ressort de la personne de l'État qui définit le caractère de la société civile, comme l'intérêt national, les valeurs et la conduite des relations, de manière à servir cet intérêt.

Les arrangements de la société civile qui sont maintenant bafoués par les gouvernements néolibéraux actuels étaient conçus pour résoudre les contradictions entre les factions au pouvoir par des élections, des débats dans les assemblées législatives, le débat médiatique et des accords contractuels justiciables. Ils ont établi le système des partis politiques et des gouvernements de parti qui agissent comme gardiens du pouvoir de la personne fictive de l'État.

Les gouvernements, ministres, députés, juges, avocats et tous ces fonctionnaires de la cour et de l'État doivent prêter serment à ladite personne d'État qu'ils sont tenus de représenter. Le gouvernement de Parti dans une démocratie représentative est représentatif de la personne d'État et non du peuple.  Le diktat de la classe dominante sur le peuple fonctionne lorsqu'il semble avoir le consentement des gouvernés et représenter le peuple.  Une fois que cette fiction est  vue comme étant nue, ce qui apparaît, c'est que le peuple doit résoudre le problème de l'exercice du pouvoir politique en sa faveur.

Dans les conditions matérielles actuelles, la nudité s'exprime par les pouvoirs de police sans entrave. Les premiers ministres, les présidents, les ministres et les intérêts privés qu'ils servent décident de la direction de l'économie, de qui recevra les fonds empruntés à des sources privées. Ces fonds privés deviennent des fonds « publics » du seul fait qu'ils passent par les caisses de l'État. Les arrangements connus jusqu'à présent pour constituer une société civile ont perdu toute notion d'autorité publique basée sur la prétention de défendre « le plus grand bien pour le plus grand nombre ». La société n'est plus fondée sur la devise « Tous pour un et un pour tous », qui soutenait un processus de production socialisé au service des riches tout en profitant également au plus grand nombre.

Plus les dirigeants réclament le maintien du statu quo, plus celui-ci révèle qui il sert et qu'il n'est pas viable.

https://cpcml.ca/francais/Images2018/RenouveauDemocratique/180527-MTL-KinderMorgan-20.jpg

Pour s'assurer que la société continue de n'aller nulle part, les gouvernements doivent se donner de plus en plus de pouvoirs de police et de justifications basées sur des définitions intéressées de ce que sont la prospérité économique, la sécurité nationale et l'intérêt national. C'est devenu la caractéristique dominante des agissements du gouvernement fédéral, au point que ses agences de renseignement parlent ouvertement de mettre hors la loi quiconque ne prête pas allégeance aux institutions canadiennes. Sur la base de ces définitions intéressées de ce que sont la prospérité, la sécurité nationale et les intérêts nationaux, les services du renseignement sont désormais chargés de surveiller les discours sur les médias sociaux, de décider ce qui constitue de fausses nouvelles et représente un danger pour le modèle de gouvernance du Canada.

Surtout maintenant, dans les conditions de la COVID-19, les gouvernements adoptent des lois touchant à l'économie et au bien-être des citoyens qui garantissent que les lois objectives du développement capitaliste opèrent avec toute leur force destructrice, tandis que ceux qui protestent et appellent à la réalisation de leurs aspirations, qui travaillent à la construction d'une nouvelle société, sont réprimés. Mais les lois objectives ne causent pas la destruction lorsqu'elles sont comprises et maîtrisées. Elles peuvent être utilisées de manière à contribuer à la création d'une société digne de l'être humain.

Le peuple, lui, ne demande pas le maintien du statu quo, il demande le changement, il demande des solutions. Les problèmes exigent des solutions. Il y a de grands problèmes et il y en a de petits. Certains exigent des mesures temporaires, d'autres une solution permanente. Certains sont des problèmes naturels, d'autres des problèmes de société. Certains sont nationaux, d'autres internationaux. Certains sont de nature théorique, d'autres de nature pratique. Une chose est certaine : il y a des problèmes et ils doivent être résolus.

Tous les problèmes ont-ils une solution ? Non. Mais il y a des problèmes avec lesquels l'humanité ne exister et qui doivent être résolus. C'est le cas du processus politique qui est en mal de renouveau. Le problème porte sur qui contrôle le pouvoir de décider sur toutes les choses qui affectent notre vie.

L'hostilité croissante envers des gouvernements qui paient les riches, qui défendent les définitions de la justice telles qu'elles sont décrétées par les intérêts privés étroits qu'ils servent, qui adoptent les lois servant des fins intéressées et qui appellent cela l'état de droit, exige une expression politique organisée des changements que le peuple souhaite. Il faut une personnalité démocratique moderne dont chaque acte consiste à humaniser l'environnement naturel et social en intervenant dans chaque situation par l'activation du facteur humain/conscience sociale. Les réalisations de la révolution technique et scientifique, si elles sont canalisées vers l'humanisation de l'environnement naturel et social, peuvent élever l'ensemble de l'humanité au niveau de ses propres créations. Un monde nouveau peut émerger des débris qui menacent de nous enterrer tous vivants.

En 2021, concentrons-nous sur les décisions qui affectent nos vies. Veillons à nous unir dans l'action pour identifier les problèmes qui, selon nous, nécessitent des solutions et comment leur apporter des solutions !

(Photos : LML, J. Gale)

Haut de page


Les possibilités d'une élection fédérale

Alors que s'amorce l'année 2021, les Canadiens sont assaillis par la perspective qu'une élection fédérale puisse être déclenchée comme un assaut contre eux à n'importe quel moment. La machinerie des firmes de sondage, des groupes de réflexion, des médias et des experts, contrôlée par la faction libérale présentement au pouvoir, s'active déjà depuis quelque temps en disant à quel point elle est populaire et mérite une majorité afin de payer les riches et intégrer le Canada dans la machine de guerre américaine sous la présidence de Joe Biden, sans les inconvénients d'un gouvernement minoritaire. Les autres factions au sein de la classe dirigeante fourbissent leur propre machine électorale pour améliorer leurs chances.

Leurs manoeuvres illustrent bien comment les élections sont utilisées comme un assaut contre le droit de conscience du peuple. Les Canadiens se font dire quels sont les « enjeux ». Ils se retrouvent avec des candidats qu'ils n'ont pas choisis. Ils deviennent la cible de campagnes coûteuses qui réduisent la démocratie à donner à des gens sur qui ils n'exercent aucun contrôle l'autorité d'agir en leur nom.

L'idée d'élire un gouvernement de parti dont on dit qu'il jouit du consentement des gouvernés est un spectacle qui évoque la fable des habits neufs de l'empereur. Les factions intéressées usurpent la machinerie de l'État par le biais d'un processus frauduleux appelé élections afin de servir des intérêts privés très étroits. Une bande de courtisans déclarent que les habits neufs de l'empereur représentent la démocratie, une démocratie par ailleurs magnifique. L'empereur est chaque jour plus en proie au narcissisme et lui aussi se met à dire à quel point il est chanceux d'avoir ces courtisans qui lui permettent d'exhiber sa nudité sans représailles d'aucune sorte. Ils croient que le peuple n'a aucun pouvoir ; que c'est le peuple en fin de compte qui est nu parce qu'il ne peut rien faire pour contrôler le pouvoir de l'empereur de faire ce qui lui plaît.

Le Parti communiste du Canada (marxiste-léniniste) n'accepte pas ces fabulations qui lient le peuple à un système qui justifie qu'on paie les riches au nom de grands idéaux. Le PCC(M-L) participe aux élections sous le nom de Parti marxiste-léniniste du Canada. Il défend les intérêts des travailleurs en mettant tout le poids de son organisation et de sa presse dans l'effort pour donner directement une expression à la voix des travailleurs et aux réclamations que font les gens de tous les milieux du fait qu'ils sont des humains. Seul le PCC(M-L) met de l'avant une vision et une direction définies qui reposent sur le renouveau politique pour que le peuple puisse lui-même prendre les décisions qui l'affectent et faire en sorte que ceux qui sont en position de pouvoir soient tenus de rendre des comptes.

Il est temps maintenant de se préparer à affronter cet assaut qui sera lancé au moyen de l'élection en élaborant les positions sur les questions qui préoccupent le corps politique en partant du point de vue de la classe ouvrière. Plus que jamais, la situation requiert des politiciens ouvriers qui se font les champions de la cause de la justice, de la démocratie et de la paix et sont capables de parler des problèmes auxquels la classe ouvrière et le pays font face et de les mobiliser dans le travail pour apporter des solutions à ces problèmes. Le peuple et le pays n'ont aucun intérêt à donner carte blanche aux partis cartellisés pour fixer l'ordre du jour et présenter au peuple des faits accomplis.

Il est d'autant plus important d'activer le facteur humain/conscience sociale alors que sévit la COVID-19 pour que les travailleurs ne soient pas abandonnés à leur sort. Les travailleurs doivent être capables d'évaluer la situation avant et pendant une période électorale afin de décider comment participer de façon à briser leur marginalisation et leur dépolitisation et de mobiliser leur pouvoir. La force des travailleurs est dans leur nombre et leur organisation en tant que politiciens ouvriers qui représentent la cause de l'humanisation de l'environnement naturel et social par l'affirmation des droits de tous et de toutes.

(Photos : LML)

Haut de page


Annonce

Pour aider les travailleurs à se donner l'orientation dont ils ont besoin pour participer au processus politique et partager les reportages et nouvelles sur les choses qui les touchent dans leur vie, le PCC(M-L) publiera à partir de la mi-janvier le bulletin Le Renouveau deux fois par semaine. Le Marxiste-Léniniste sera publié le premier dimanche de chaque mois, au lieu de chaque semaine, et les suppléments du LML continueront d'être publiés au besoin pour fournir des informations plus substantielles sur les développements en cours et les sujets de préoccupation. Le Centre ouvrier du PCC(M-L) continuera de publier Forum ouvrier deux fois par semaine ou plus, selon les besoins du mouvement ouvrier.

Nous sommes convaincus que la première étape pour investir le peuple du pouvoir de décider est de s'unir autour de projets que nous façonnerons nous-mêmes! Nous comptons sur vous pour envoyer vos rapports, photos, informations et annonces d'événements, ainsi que pour aller chercher plus de lecteurs et d'abonnés. Nos meilleurs v ux de succès en 2021!

Haut de page


26e anniversaire de l'Initiative historique du PCC(M-L)

Un projet d'édification nationale comme aucun autre

https://cpcml.ca/wp/wp-content/uploads/2019/09/190927-Montreal-Climat-40crop.jpg

Le 1er janvier 1995, au nom du Parti communiste du Canada (marxiste-léniniste), le dirigeant du Parti Hardial Bains lançait l'Initiative historique du PCC(M-L). Cette Initiative réunit tous les fils du mouvement qui croît à travers le pays dans les conditions nationales et internationales actuelles pour les diriger vers l'ouverture de la voie du progrès de la société. Il s'agit d'un projet d'édification nationale comme aucun autre qui répond aux exigences d'aujourd'hui, le besoin de développer le facteur humain/conscience sociale. L'article qui suit explique la références de base de cet important projet d'édification nationale basé sur des conservations avec Hardial Bains lors du lancement de l'Initiative historique.

Par facteur humain, on entend la reconnaissance du fait que tous ont des droits en raison de leur qualité d'être humain et de leur réalité objective concrète. La reconnaissance de cette approche dans la mise en oeuvre de toute initiative est la base du progrès social.

Par conscience sociale, on entend la reconnaissance du fait que la société doit harmoniser et concilier les intérêts de ses membres individuels avec les intérêts de leurs collectifs, et harmoniser et concilier les intérêts individuels et collectifs avec les intérêts généraux de la société elle-même.

Par facteur humain/conscience sociale, on entend l'action concrète et matérielle de l'humain pour contrôler pleinement la direction de la société et son rapport avec la nature afin d'humaniser l'environnement naturel et social à l'avantage de la société et de tous ses membres.

La société canadienne actuelle est constituée de manière qui met la liberté individuelle au premier plan sur la base de la reconnaissance du caractère sacré de la propriété privée qui dicte les rapports entre les personnes. Cette société a écarté le facteur humain/conscience sociale, l'action humaine concrète et matérielle qui peut harmoniser les intérêts des individus avec ceux de leurs collectifs et les intérêts des individus et de leurs collectifs avec les intérêts généraux de la société. En résumé, ce qui a été marginalisé, c'est tout ce qui vise à établir un plein contrôle de la société et de son rapport avec la nature en faveur du peuple. Le but de cette marginalisation sert de préserver le statu quo. Il s'agit de faire en sorte que la porte du progrès de la société reste fermée.

L'intérêt individuel de la propriété privée a été concentré en une force aux proportions si gigantesques aujourd'hui qu'elle impose un état de régression à l'ensemble de la société, au pays et au niveau international. On affirme que la spontanéité et l'anarchisme sont des traits normaux de l'être humain et de la société tant que cela sert cette force concentrée de la régression. S'organisant à outrance sous la forme de coalitions et de cartels pour contrôler tous les pouvoirs de décision, les intérêts privés étroits prétendent que la nature humaine est à leur propre image, la personne centrée sur soi-même qui agit par intérêt. Ils affirment que la société est organisée en conséquence et que rien ne peut être fait pour changer la situation. Cette vision intéressée garantit que les seules choses qui sont planifiées sont celles qui facilitent leur propre existence, leur expansion et leur concurrence entre eux.

Par historique, on entend une considération qui s'appuie sur une vision plus large de l'ensemble de l'évolution depuis des temps immémoriaux jusqu'à nos jours, en général, et depuis le Moyen Âge en Europe jusqu'à nos jours, en particulier. C'est l'approche qui tient compte de toutes les forces engendrées par le développement actuel et de la gravitation qui leur est inhérente. Elle place au premier plan la fidélité à l'ensemble des relations sociales et à ce qu'elles révèlent, qui n'est pas l'abîme et toutes les forces destructrices que l'on voit, mais le visage du Nouveau et de l'humanité en quête de pouvoir.

Par initiative, on entend le fait de placer le facteur humain/conscience sociale au centre de tous les développements dans le cadre de plans d'action concrets visant à obtenir les succès requis à tout moment.

Par Initiative historique, on entend l'action de la classe ouvrière qui place le facteur humain/conscience sociale au centre de tout développement avec un impact important sur la direction de la société, capable de déterminer sa forme et son contenu futurs.

En poursuivant cette Initiative historique et en élaborant des plans d'action concrets, le PCC(M-L) répond à une nécessité historique. Il s'agit d'un plan du PCC(M-L) visant à garantir que l'action humaine, concrète et matérielle soit mise au centre, exerçant un contrôle sur la direction de la société et son rapport avec la nature de manière que la société et tous ses membres en tirent profit. En d'autres termes, le PCC(M-L) appelle la classe ouvrière à transcender les objectifs étroits imposés à la société par une élite dirigeante corrompue et à ouvrir la porte au progrès de la société.

Par ouvrir la porte au progrès de la société, on entend la réunion de tous les facteurs qui conduiront à l'émancipation sociale en mettant fin à l'exploitation de l'être humain par l'être humain. Cela exige une action consciente et immédiate de la classe ouvrière pour définir la direction de l'économie, établir une base constitutionnelle moderne et procéder à un renouveau démocratique qui ouvrira la porte au progrès de la société.

Par progrès, on entend ici la création d'une société qui prend soin de toutes les personnes et de leurs collectifs et pourvoit à leurs besoins du fait de leur humanité, où chacun est en droit de faire des réclamations à la société en raison de sa réalité objective concrète. Une société consciente, rationnelle et humaine est une exigence de l'histoire à ce stade du développement de la civilisation humaine. La réalisation de cette société est le contenu et l'objectif principal de l'Initiative historique jusqu'à ce que son but soit atteint.

Par plan d'action, on entend spécifiquement la période où l'on insiste sur le fait que la classe ouvrière doit placer le facteur humain/conscience sociale au centre des développements. Aucun autre objectif ne doit avoir préséance pour la classe ouvrière pendant cette période. Un plan d'action est adopté pour consolider la conscience de la classe ouvrière de devoir accomplir son rôle historique d'émancipatrice de l'humanité. Elle doit le faire non seulement pour elle-même, mais pour la libération de l'humanité entière, qui est la condition de sa propre émancipation et inversement.

Cette Initiative historique est la continuation de l'initiative des hommes et femmes de la Renaissance, du Siècle des Lumières et du Siècle de la Raison, quand l'être humain et sa vie matérielle concrète ont été placés au centre de l'entreprise humaine dans tous les domaines, avec pour point culminant la naissance de l'État-nation européen moderne et l'ascension de la bourgeoisie, d'une part, et de sa némésis, la classe ouvrière, d'autre part. Cela a donné naissance au système de gouvernance fondé sur des définitions et des institutions qui défendaient la propriété privée des moyens de production et les libertés civiles établies sur cette base. Avec la publication du Manifeste du Parti communiste, Karl Marx et Friedrich Engels ont encore révolutionné la pensée sur cette question en plaçant la classe ouvrière au centre de l'histoire.

Les institutions démocratiques libérales ne s'acquittent plus de la fonction pour laquelle elles ont été créées. L'autorité ne refrène plus les pouvoirs de police. Elle n'est plus guidée par un devoir de veiller au bien public et ses institutions ne permettent plus de résoudre les différents dans les rangs des détenteurs de la propriété privée et de prévenir la rébellion et l'insurrection. Aujourd'hui, ces formes ont disparu et les intérêts privés de l'oligarque n'acceptent plus de limitation à leurs pouvoirs. Le contenu principal de l'Initaitive historique est donc d'établir une autorité conforme aux conditions, qui permette au peuple d'exercer un contrôle sur ses affaires.

L'Initiative historique a été lancée par le PCC(M-L) dans le cadre très précis de l'édification nationale. Par édification nationale, on entend la nécessité d'établir des constitutions modernes, de changer la direction de l'économie, de procéder à un renouvellement démocratique du processus politique et d'organiser l'ensemble des affaires de la société de manière à concilier les intérêts individuels avec les intérêts collectifs et à harmoniser les intérêts individuels et collectifs avec les intérêts généraux de la société. Sur le plan international, cela signifie établir la paix et l'harmonie entre les nations en garantissant leur souveraineté et en développant le commerce et les autres relations sur la base de l'avantage réciproque.

Tout comme la Renaissance et le Siècle des Lumières a affirmé l'homme de la propriété et tout comme la révolution socialiste et la construction socialiste du XXe siècle ont affirmé la classe ouvrière et généralement ceux qui travaillent, la période actuelle doit affirmer les droits de tous les êtres humains en raison du fait qu'ils sont des êtres humains et de leurs collectifs en raison de leur réalité objective. L'affirmation de tous les individus et de tous leurs collectifs exige que fin soit mise à toute exploitation de l'être humain par l'être humain.

Par affirmation, on entend l'acte de reconnaître que tous les individus et leurs collectifs sont libres d'exercer leurs droits en raison de leur qualité d'être humain et en raison de leur réalité objective. L'affirmation est cet état d'être de tous les individus et collectifs qui n'acceptent aucune limitation à leur propre développement. C'est un acte qui consiste à faire émerger ce qu'il y a de plus humain dans la société actuelle et à construire une société moderne comme garantie de son développement sans entrave.

Le XXe siècle est passé dans les annales du développement humain comme un siècle où la classe ouvrière a été placée au centre du développement. L'expression concrète de ce succès est la vision de la classe ouvrière, la théorie de la pensée marxiste-léniniste contemporaine et tous les attributs d'une société véritablement humaine sans aucune exploitation de l'être humain par l'être humain. Il s'agit maintenant de passer du succès à la victoire, un développement irréversible dans lequel il n'y a pas de retour en arrière. Par succès, on entend la reconnaissance de la victoire de la révolution socialiste et de l'édification du socialisme, la réalité objective concrète d'un nouveau système qui n'a pas disparu. Il s'agit d'apprécier pleinement que, malgré la période de régression et de réaction qui s'est installée, le XXe siècle a été une avancée et un succès et que cette réalité objective concrète dicte maintenant que le facteur humain/conscience sociale transforme ce succès en victoire.

Par victoire, on entend le stade où l'être humain sera au centre de tous les développements en raison de son caractère humain et de sa réalité concrète. C'est la condition de l'émergence d'une personnalité démocratique véritablement moderne qui établit des formes modernes de gouvernance qui bloquent la régression en conférant le pouvoir de décision et la responsabilité au peuple. Pour y parvenir, il est nécessaire de développer le facteur humain/conscience sociale, l'action humaine, concrète et matérielle, qui garantit que les êtres humains sont placés au centre de l'histoire en raison de leur humanité et de leur réalité objective.

En analysant les développements des trente dernières années et partant des faits, le PCC(M-L) a conclu qu'il s'agit d'une période particulière qui se caractérise par le fait que les anciennes formes ont fait leur temps alors que les formes nouvelles n'ont pas encore vu le jour. Il n'y a pas un seul pays sur terre où les gens ne réclament pas la fin du néolibéralisme et de ses stratagèmes pour payer les riches, la corruption, l'anarchie et la violence. Les êtres humains font des réclamations à la société qui sont fondées sur la reconnaissance du fait qu'ils naissent en société et que la société a le devoir de s'occuper d'eux.

Par société, on entend les conditions modernes à sa base dans lesquelles l'ensemble du processus de production est social tandis que la propriété des moyens de production est privée, ce qui empêche la grande majorité des membres de la société, qui n'ont pas d'autres moyens de gagner leur vie que de dépendre de la société, d'avoir leur mot à dire sur la direction de l'économie et les questions qui les préoccupent. Les travailleurs s'efforcent d'éliminer ce blocage au progrès de la société. L'Initiative historique du PCC(M-L) est consacrée à l'élaboration de ce qui est nécessaire pour éliminer ce bloc.

(Archives du Centre de ressources Hardial Bains. Photos : LML)

Haut de page


62e anniversaire de la Révolution cubaine

Vive la Révolution cubaine!

Le Parti communiste du Canada (marxiste-léniniste) se joint au peuple cubain et aux peuples du monde pour saluer la Révolution cubaine à l'occasion du 62e anniversaire de son triomphe. Le PCC(M-L) transmet ses salutations révolutionnaires militantes au Parti communiste de Cuba, à son premier secrétaire Raul Castro Ruz, au président Miguel Diaz-Canel Bermudez et à tous les dirigeants cubains ainsi qu'au peuple cubain qui inspirent le monde entier par leur défense héroïque de la révolution.

Le peuple cubain s'engage dans la 63e année de la Révolution avec un bilan de défis surmontés l'un après l'autre et il montre au monde de quoi lui et son leadership révolutionnaire sont faits. Par sa réponse à la pandémie de la COVID-19 – grâce à ses brigades médicales internationales et à ses médicaments uniques – Cuba a contribué au bien-être des peuples dans le monde entier.

L'année écoulée a apporté d'autres défis en raison de la politique hostile accrue de l'administration Trump envers Cuba.

Le peuple cubain a traversé toutes ces tempêtes. Il a pris les mesures nécessaires pour maintenir son indépendance et sa souveraineté face à l'agression américaine qui s'est accentuée pour le forcer à se soumettre. Il a montré au monde entier le sens du mot dignité. Par ses actions et sa défense de son droit d'être, il a réaffirmé le caractère socialiste de la Révolution dans le présent. Cela illustre comment la vie et l'oeuvre du camarade Fidel Castro vivent aujourd'hui dans les actions du peuple cubain.


Célébration du Nouvel An à l'ambassade de Cuba à Ottawa

Le PCC(M-L) croit que maintenant plus que jamais, les Canadiens ne doivent ménager aucun effort pour exiger la levée du blocus des États-Unis et le retour à Cuba du territoire occupé de la baie de Guantanamo. Il est temps aussi d'insister pour que le Canada maintienne une politique de non-ingérence dans les affaires internes de Cuba. Nous nous engageons à resserrer encore plus les liens d'amitié profonde entre les peuples canadien et cubain.

Viva Cuba !



(Photos : LML, Solidaridad Continnental con Cuba, Minrex)

Haut de page


Le Réseau canadien pour Cuba est l'hôte d'un piquetage virtuel mondial réussi de 24 heures

Le 17 décembre 2020, un événement virtuel de 26 heures a été organisé avec succès par le Réseau canadien pour Cuba pour demander de « Lever le blocus des États-Unis contre Cuba maintenant ! » Tout au long de l'action mondiale, des gens du monde entier se sont unis pour un programme dynamique qui comprenait des conférenciers, des salutations vidéo, des films documentaires et des spectacles de musique et de poésie. Soulignons que l'action était prévue sur 24 heures, mais en raison du grand nombre de messages reçus, le programme a duré 26 heures.

Plus de 1000 personnes de 48 pays/nationalités, représentant plus de 200 organisations et couvrant 6 continents se sont jointes à l'action. En date du 21 décembre 2020, les vidéos de la diffusion en direct sur Facebook totalisaient plus de 5850 visionnements[1].

Des personnes de 50 pays et nations y ont participé dont : l'Afrique du Sud, l'Allemagne, l'Angleterre, l'Argentine, l'Australie, le Bangladesh, la Belgique, la Bolivie, le Brésil, le Canada, le Chili, la Colombie, le Congo, Cuba, l'Écosse, les États-Unis d'Amérique, la France, la Géorgie,  le Ghana, la Grèce, la Guinée-Bissau,  le Honduras, l'Inde, l'Irlande, l'Italie, la Jamaïque, le Kazakhstan, le Mexique, la nation Musqueam, les Pays-Bas, le Nicaragua, le Nigéria, le Pérou, les Philippines, Porto Rico, le Québec, la République d'Abkhasie, la République dominicaine, le Sahara occidental, Saint-Vincent-et-les Grenadines, le Salvador, le Sri Lanka, la Suède, la Tunisie, l'Ukraine, le Venezuela, le Yémen et la Zambie.

Cet événement non seulement a été un succès, mais c'est quelque chose sur lequel le Réseau canadien pour Cuba compte bâtir. Nous devons continuer à lutter et à faire pression pour que 2021 soit la dernière année du blocus criminel américain contre Cuba !

L'action mondiale s'est tenue pendant 26 heures pour condamner les 60 ans de blocus cruel et criminel des États-Unis contre Cuba. En même temps, l'action virtuelle a fait la promotion du travail des médecins et du personnel médical cubains de la Brigade médicale internationale Henry Reeve et des raisons pour lesquelles cette brigade mérite le prix Nobel de la paix en 2021. L'événement a également salué Cuba pour être un exemple important pour le monde entier dans sa lutte contre cette pandémie mondiale de la COVID-19, à la fois au niveau interne et international. Le Réseau canadien pour Cuba a aussi félicité l'Institut cubain d'amitié avec les peuples (ICAP) pour son 60e anniversaire qui avait lieu le 30 décembre 2020. Naturellement, l'événement s'est tenu le 17 décembre 2020 pour souligner spécifiquement le sixième anniversaire de la libération des Cinq prisonniers politiques cubains détenus dans les prisons aux États-Unis qui, après 16 ans de détention injuste, continuent de défendre Cuba et de défendre la dignité du peuple cubain en tant qu'hommes libres vivant aujourd'hui à Cuba.


Piquetage devant l'ambassade des États-Unis à Ottawa le 17 décembre 2020

Le Réseau canadien pour Cuba tient à remercier tous ceux qui ont participé à cet événement important et reconnaît que le succès de l'événement est dû au soutien spécial de l'Institut cubain d'amitié avec les peuples (ICAP), Le Movimiento Colombiano de Solidaridad con Cuba, le Comité ukrainien « Arrêtez le blocus contre Cuba », le Comité d'organisation de la conférence de normalisation États-Unis-Cuba, l'Association d'amitié Australie-Cuba, branche d'Australie occidentale, la Table de concertation de solidarité Québec-Cuba, l'Associazione Nazionale di Amicizia Italia-Cuba et le Réseau national Cuba-États-Unis.

Le Réseau canadien pour Cuba s'engage à continuer d'organiser des événements virtuels le 17 de chaque mois et a hâte de se réunir à nouveau le 17 janvier 2021. Nous espérons que vous continuerez à vous joindre à nous !

Solidarité,
Tamara Hansen
Membre exécutive du Réseau canadien sur Cuba (CNC)
et organisatrice principale de l'événement virtuel de 24 heures


Piquetage à Montréal le 17 décembre 2020 contre le blocus de Cuba par les États-Unis

Note

1. Voir les vidéos de piquetage avec les liens suivants : Partie 1, Partie 2Partie 3, Partie 4.

(Photos : LML, CNC)

Haut de page


L'Institut cubain d'amitié avec les peuples célèbre son 60e anniversaire

Voici le message envoyé par Elizabeth Hill et Isaac Saney, coprésidents du Réseau canadien pour Cuba, à l'Institut cubain d'amitié avec les peuples (ICAP) à l'occasion de son 60ee anniversaire.

Abrazo de amistad !

Promouvoir l'amitié -- décrit très bien l'Institut cubain d'amitié avec les peuples, connu partout au monde comme l'ICAP. Le Réseau canadien pour Cuba est fier de faire partie de cette importante étreinte mondiale et adresse ses vives félicitations à l'ICAP à l'occasion de son 60e anniversaire.

Fondé le 30 décembre 1960 pour nouer des liens d'amitié entre le peuple cubain et les peuples du monde entier, l'ICAP a une histoire remarquable de construction de solidarité, de collaboration et d'unité dans des réalisations fructueuses. Un exemple particulier est la campagne pour libérer les cinq héros cubains de leurs prisons aux États-Unis. Le distingué président de l'ICAP est aujourd'hui Fernando Gonzalez Llort, l'un de ces cinq héros qui a été libéré après près de 16 ans de prison aux États-Unis pour avoir combattu le terrorisme contre Cuba.

La solidarité et l'amitié organisées entre le Canada et Cuba remontent presque au triomphe même de la révolution. Depuis cette époque, les Canadiens ont continuellement démontré leur respect et leur admiration pour les réalisations de la Révolution cubaine. Par exemple, des centaines de « brigadistes » canadiens ont participé aux 26 Brigades de travail volontaire Ernesto Che Guevara, organisée par l'ICAP à Cuba. De nombreux artistes, écrivains, musiciens, cinéastes, professionnels de la santé cubains et des représentants de l'ICAP ont voyagé d'un bout à l'autre du Canada pour soutenir les organisations de solidarité qui font connaître les réalisations de Cuba.

Le Réseau canadien pour Cuba félicite l'ICAP pour ses six décennies de dévouement actif à la paix, à l'amitié et à la solidarité. Nous nous engageons à poursuivre nos liens étroits avec l'ICAP et à renforcer notre travail de solidarité, en particulier pour mettre fin au blocus immoral, criminel et cruel des États-Unis en 2021 !

Vive l'amitié entre Canada et Cuba ! Vive la paix et la solidarité !

Haut de page


217e anniversaire de la révolution haïtienne

Vive la lutte historique du peuple haïtien
pour les droits et la liberté


La Bataille de Santo Domingo

Le Parti communiste du Canada (marxiste-léniniste) transmet ses salutations chaleureuses à l'occasion du 217e anniversaire de la révolution haïtienne. À partir de 1791, la résistance organisée du peuple asservi de la colonie française de Saint-Domingue a pris forme et a finalement renversé l'esclavage et le pouvoir colonial. Les révolutionnaires dirigés par Toussaint Louverture et Jean-Jacques Dessalines ont successivement repoussé les puissances européennes française, espagnole et britannique et établi fièrement leur république indépendante, Haïti, en 1804.

Jean-Jacques Dessalines

Gloire à ce puissant exploit qui a porté un dur coup à l'empire colonial français. La révolution haïtienne a été la première à établir les droits de citoyenneté sur une base moderne, où ils appartiennent aux personnes en vertu du fait qu'elles sont des êtres humains membres d'un corps politique. Ce fut une rupture décisive avec la conception des droits des puissances coloniales reposant sur la propriété et un système de privilèges. Les réalisations remarquables d'Haïti ont encore aujourd'hui une grande importance pour les peuples du monde qui luttent pour de nouveaux arrangements qui reconnaissent les droits sur une base moderne.

De 1804 à nos jours, les puissances coloniales et impériales n'ont cessé d'exercer leur vengeance contre le peuple haïtien qui continue de lutter sans relâche pour la paix, la liberté et la démocratie.

Le PCC(M-L) condamne le rôle joué par le Canada, avec les États-Unis et la France, dans le coup d'État militaire orchestré contre le président démocratiquement élu d'Haïti Jean-Bertrand Aristide et qui continue jusqu'à ce jour à maintenir dans un état de misère et d'asservissement le peuple haïtien.

Les conséquences du coup d'État de 2004 se voient également dans la crise et la corruption qui ont été imposées au système électoral en Haïti. Jusqu'à ce jour, l'ingérence étrangère continue d'empêcher le peuple d'élire un gouvernement qui défend ses intérêts.

https://cpcml.ca/images2019/LatAmCaribbean/Haiti/191117-Montreal-Haiti-49.jpg

L'esprit indomptable des révolutionnaires haïtiens vit dans leurs descendants et leurs compatriotes dont plusieurs vivent et travaillent au Canada. En défendant la dignité du travail ici au pays, ils font une contribution qui est sans égal. En 2021, poursuivons le travail pour faire en sorte qu'Haïti obtienne justice, et surtout que le Canada cesse son ingérence diplomatique, militaire et policière dans les affaires haïtiennes et fournisse réparation pour son rôle criminel dans le coup d'État de 2004.

Tous avec le peuple haïtien pour que justice soit faite !

(Photos : LML, domain public)

Haut de page


Argentine

Une victoire pour les droits :
l'Argentine légalise l'avortement


Célébration de la légalisation de l'avortement en Argentine le 30 décembre 2020

Ce mercredi 30 décembre 2020, l'Argentine est devenue un pays plus juste, égalitaire et démocratique. Un jour avant que l'année ne se termine, l'avortement a été légalisé lors d'une session historique de la Chambre des Sénateurs de la Nation, dans le contexte d'une année particulièrement difficile et atypique. Les répercussions mondiales ne se sont pas fait attendre, alors que l'Argentine est devenue le plus grand pays en Amérique latine à maintenant protéger le droit des femmes et du peuple dans leur capacité de procréer et de décider. L'avortement est aussi légal à Cuba, en Uruguay, en Guyane et en Guyane française, et dans l'État d'Oaxaca et le District fédéral du Mexique.

Après des débats intenses qui ont duré près de douze heures et et avec l'incertitude du fait que certains sénateurs étaient indécis ou présumés indécis, la loi a été adoptée par une marge plus importante que prévu. Ainsi, l'IVE a été adoptée par 38 votes contre 29, avec 1 abstention. L'avortement a cessé d'être clandestin et est devenu légal, sécuritaire et gratuit, et des milliers de vies sont ainsi protégées.

Le projet de loi avait été envoyé au Congrès par le président Alberto Fernandez en même temps que celui des « 1 000 jours », qui vise à « consolider un programme global de soins de santé pour les femmes pendant la grossesse et pour leurs enfants dans les premières années de la vie », a expliqué Fernandez dans une vidéo qu'il a affichée le 17 novembre au moment d'envoyer la loi.

Dans ce même discours, le président a affirmé que « la criminalisation de l'avortement n'a été d'aucune utilité, elle n'a que produit des avortements clandestins, dans une proportion inquiétante. Près de 38 000 femmes sont hospitalisées tous les ans à la suite d'avortements effectués dans de mauvaises conditions. Depuis que nous avons retrouvé la démocratie, plus de 3 000 femmes sont décédées ».

Les chiffres sont certainement alarmants. Le nombre d'avortements clandestins est évalué à 500 000 par année, un nombre disproportionné et plus élevé que ce qui a été officiellement rapporté jusqu'à ce jour, précisément parce que l'avortement n'était pas légal.

Aux périphéries du Congrès, alors que toute l'attention était rivée sur les paroles de chacun des représentants des provinces argentines, deux foules attendaient avec fébrilité et grande attention. Du côté de l'Avenida Entre Rios, il y avait les personnes portant l'écharpe bleue, contre le droit de décider, et du côté de Callao, un raz de marée vert, composé principalement de femmes et de leurs filles, amies, soeurs et compagnes de lutte en faveur du projet.

Il s'agit incontestablement d'une victoire pour le mouvement des femmes et des diversités qui depuis des années lutte pour l'égalité des sexes et qui, par sa puissance, à réussi à se faire entendre par le système politique. Cette lutte avait en cette occasion l'appui ouvert de la branche exécutive, dans la personne d'Alberto Fernandez, ce qui a eu une incidence sur le résultat comparativement à 2018, alors que l'ancien président Mauricio Macri avait envoyé le projet au Congrès sans lui donner son appui officiellement.

Dans une année virtuelle pendant laquelle, à toutes fins pratiques, rien ne pouvait être fait, cette victoire, de pair avec l'arrivée des premières doses du vaccin Sputnik-V contre la COVID-19, est une bouffée d'air frais qui clôture l'année dans l'espérance d'une meilleure année 2021.

En même temps, c'est un important hommage à toutes celles qui, chacune dans leur pays, ont suivi le débat avec la plus grande attention. Certainement que l'année qui suit et celles à venir verront les luttes pour ce droit en Amérique latine prendre de l'ampleur.

Que stipule la Loi ?

La Loi s'intitule l'Interruption volontaire de la grossesse et elle décriminalise et légalise l'avortement dans les premières 14 semaines de la grossesse, reconnaissant ainsi le droit des personnes enceintes de décider de poursuivre ou non une grossesse, de demander des soins d'avortement et d'y avoir accès, de recevoir des soins postavortement, ainsi que de prévenir des grossesses inattendues par l'accès à l'information, l'éducation sexuelle globale et des méthodes efficaces de contraception.

Plus concrètement :

- Une grossesse peut être terminée sans frais et sans motif jusqu'à 14 semaines de grossesse, puisque la procédure est comprise dans le programme médical obligatoire.

- Après 14 semaines, au début de la 15e, l'avortement est toujours légal dans les cas de viols ou de danger pour la santé de la personne enceinte.

- Le corps médical a une période maximale de 10 jours ouvrables pour procéder à l'avortement à partir de la demande d'interruption.

- L'objection de conscience : les professionnels de la santé peuvent exercer leur objection de conscience, à moins que la vie de la personne enceinte ne soit en danger. Ils doivent aussi maintenir leur décision dans tous les secteurs, publics et privés, dans lesquels ils pratiquent leur profession, et diriger une patiente de bonne foi vers un autre professionnel où elle sera traitée sans délai et en temps opportun.

Ces centres médicaux privés ou de sécurité sociale qui ne possèdent pas de professionnels pouvant pratiquer un avortement à cause d'une objection de conscience doivent s'organiser pour diriger la patiente vers un centre ayant des caractéristiques similaires, où il peut assurer que l'intervention sera faite.

Personne ne peut invoquer l'objection de conscience pour refuser de prodiguer des soins de santé postavortement. Le refus de respecter les exigences liées à l'exercice de l'objection de conscience occasionnera des sanctions disciplinaires, administratives, pénales et civiles, selon le cas.

- Pour ce qui est des enfants de moins de 13 ans, elles doivent obtenir le consentement informé et l'aide d'au moins un de leurs parents ou d'un mandataire. Pour ce qui est des adolescentes entre 13 et 16 ans, elles doivent avoir un compagnon ou une « référence affective ». Dans tous les cas, avant l'avortement, le consentement informé par écrit de la personne enceinte est requis.

- L'État est responsable de mettre en oeuvre la Loi globale sur l'éducation sexuelle (numéro 26 150), qui établit des politiques actives pour la promotion et la consolidation de la santé sexuelle et reproductive de toute la population.

- Les articles 85 et 86 du Code pénal sont modifiés, faisant en sorte qu'il n'est plus un crime d'« effectuer un avortement avec le consentement de la personne enceinte jusqu'à l'occurrence de la quatorzième (14) semaine, inclusivement, de la période de grossesse », et l'article 85 bis y est incorporé, stipulant que « sera accusé ou passible d'emprisonnement de TROIS (3) mois à UN (1) an et d'une éradication spéciale de deux fois la durée de la sentence, le fonctionnaire ou l'autorité d'un centre de soins de santé, le professionnel, le préposé ou membre du personnel de santé qui, de façon déraisonnable, retarde ou fait obstacle à un avortement dans des cas légalement autorisés, ou refuse de le faire, en contravention des règlements actuels.

Les luttes, la persévérance et les droits ont triomphé

Cette victoire est primordiale pour les femmes et les personnes enceintes d'Argentine et du continent. La Loi protège non seulement le droit de décider et l'aide médicale qui s'ensuit, mais comprend des éléments importants, dont l'éducation sexuelle globale et l'accès à l'information et aux méthodes contraceptives qui permettent d'éviter l'épreuve amère et douloureuse de l'avortement. Et si vous décidez d'avoir un avortement, l'État vous protège et protège votre vie.

(Acercándonos. Traduit de l'espagnol par LML. Photos : S. Univazo, K.M. Parra, Sassenach, ctx, M. Arganavaz)

Haut de page


(Pour voir les articles individuellement, cliquer sur le titre de l'article.)

PDF

Lisez Le Marxiste-Léniniste
Site web : www.pccml.ca   Courriel : redaction@cpcml.ca