Le Marxiste-Léniniste

Numéro 108 - 12 septembre 2014

Pas de deux poids deux mesures sur la question du terrorisme!

10e Colloque international de solidarité avec
les Cinq Cubains et contre le terrorisme


La Havane, Cuba, le 11 septembre 2014

Pas de deux poids deux mesures sur la question du terrorisme!
10e Colloque international de solidarité avec les Cinq Cubains et contre le terrorisme
Fabio, toujours présent dans nos pensées - Granma International
Cuba remet la Médaille de l'Amitié à Keith Ellis
Le parlement sud-africain demande aux États-Unis de libérer tous les Cinq

Libérez les patriotes antiterroristes cubains emprisonnés depuis 16 ans!
Une campagne internationale
Le Royaume-Uni refuse un visa à René González
Les Cinq Cubains se voient décerner le prix Nelson Mandela par la fondation Geller de Philadelphie
Calendrier d'événements


Pas de deux poids deux mesures sur la question du terrorisme!

10e Colloque international de solidarité
avec les Cinq Cubains et contre le terrorisme


Les 11 et 12 septembre se tient à La Havane le 10e Colloque international de solidarité avec les Cinq Cubains et contre le terrorisme. Plus de 200 délégués provenant de 49 pays ont confirmé leur participation, dont une délégation canadienne de 30 personnes. Les cinq héros cubains sont : Gerardo Hernández, Antonio Guerrero, Ramón Labañino, Fernando González et René González. Ils ont été injustement emprisonnés en 1998 aux États-Unis pour le « crime » d'avoir surveillé les agissements de groupes terroristes anticubains en Floride et d'avoir fait rapport de cette information aux autorités américaines. René et Fernando sont depuis revenus des États-Unis après avoir purgé leur peine.


La présidente de l'ICAP Kenia Serrano à la conférence de
presse du 3 septembre 2014

La rencontre marque un jalon important dans le mouvement pour la libération des trois prisonniers politiques qui languissent toujours dans les prisons américaines. Le mouvement de solidarité internationale s'unit autour de l'appel « 16 ans en prison: 16 ans de trop ! Pas une minute de plus ! » dans une campagne internationale qui a débuté le 4 septembre et se poursuit jusqu'au 6 octobre.

Lors d'une conférence de presse le 3 septembre, la présidente de l'Institut cubain d'amitié avec les peuples (ICAP), Kenia Serrano, a présenté le programme et dit que les délégués allaient comprendre des députés du parlement cubain et des parlementaires de pays étrangers, des représentants d'organisations comme l'Alliance Marti et des Cubains vivant aux États-Unis, de même que des représentants d'organisations de solidarité avec Cuba des États-Unis, du Canada, de Porto Rico et d'autres pays. Des activistes qui ont participé aux grands événements qui ont eu lieu cette année à Washington et à Londres y sont aussi présents.

Le 11 septembre, les délégués ont entendu la présentation de Ramsey Clark, l'ancien procureur général des États-Unis, au Centre des congrès de La Havane. Le documentaire « Justice in London »  du cinéaste cubain Roberto Chile a été présenté et des membres de la famille des Cinq ont discuté avec les délégués.

Toujours le 11 septembre, les délégués ont rencontré des membres des Comités de défense de la révolution.

Le 12 septembre, les participants au Colloque visitent des universités et l'Association des journalistes cubains. Ils se rendent en après-midi au Musée des beaux-arts où une oeuvre de l'artiste cubain Alexis Diaz intitulée Kcho est exposée. Il s'agit d'une reproduction du « trou » (cellule de détention solitaire) où les Cinq ont souvent été jetés.


  À gauche: Tonito, fils d'Antonio et Irma, fille de René Gonzales. À la toute droite: Aili, fille de Ramon

(Source: ACN)

Haut de page


Fabio, toujours présent dans nos pensées


L’événement commémoratif à la mémoire de Fabio di Celmo à l’Hôtel Copacabana le 4 septembre 2014

Le personnel de l'Hôtel Copacabana, le Héros de la République de Cuba Fernando Gonzalez, une représentation de la Commission cubaine des familles des victimes du terrorisme et autres invités, ont rendu hommage au jeune Canadien d'origine italienne de Montréal Fabio Di Celmo.

Une cérémonie d'hommage et de confirmation de la volonté révolutionnaire a eu lieu dans le hall de l'Hôtel Copacabana dans la matinée d'hier, à l'occasion du 17e anniversaire de la mort du jeune homme victime d'un attentat terroriste dans cet hôtel le 4 septembre 1997. La cérémonie marquait également le début des Journées internationales pour la libération des Cinq et contre le terrorisme.

Une couronne de fleurs a été déposée devant la stèle à la mémoire de Fabio et les participants ont observé une minute de silence. Les participants ont partagé l'amertume et l'injustice devant un tel acte, ainsi que la souffrance de Giustino Di Celmo, le père de Fabio qui était présent à la cérémonie en compagnie de Fernando Gonzalez, Héros de la République de Cuba. Étaient également présents Kenia Serrano, présidente de l'Institut cubain pour l'amitié avec les peuples (ICAP), Mirtha Rodriguez, mère d'Antonio Guerrero, et Graciela Ramirez, coordonnatrice du Comité international pour la libération des Cinq et contre le terrorisme.

« Aujourd'hui, nous avons avec nous Fernando et René, les Héros qui avec notre peuple restent engagés dans la tâche difficile de ramener nos trois compagnons », a déclaré Haymel Espinosa, présidente du Comité cubain des familles victimes du terrorisme, qui a souligné le rôle important qu'ont assumé les organisations dans la campagne pour la libération des Cinq Cubains.

Haut de page


Cuba remet la Médaille de l'Amitié à Keith Ellis

L'éminent intellectuel canadien, Keith Ellis, professeur émérite de l'Université de Toronto, a été honoré aujourd'hui à La Havane de la prestigieuse Médaille de l'Amitié en reconnaissance de sa solidarité de longue date avec l'île.

Cette médaille lui a été décernée par le Conseil d'État de la République de Cuba sur recommandation de l'Institut cubain d'amitié avec les peuples (ICAP). Elle lui a été remise directement par Fernando Gonzalez, vice-président de l'ICAP et l'un des cinq héros cubains injustement emprisonnés par le gouvernement des États-Unis d'Amérique pour avoir défendu Cuba contre le terrorisme.

Keith Ellis, qui est né en Jamaïque en 1935, est un essayiste, chercheur, critique littéraire et traducteur. Il a exprimé sa reconnaissance pour cette médaille et s'est engagé à multiplier les efforts de solidarité avec ce pays des Caraïbes.

« Beaucoup d'entre nous sommes dévoués à Cuba. Nous savons pourquoi nous le faisons et continuerons de le faire », a-t-il dit.

Les travaux du professeur Ellis comme essayiste et critique littéraire comprennent des oeuvres comme Narrative Art of Francisco Ayala (1964), Critical Approaches to Ruben Dario (1974) et Nicolas Guillen: New Poetry of Love (1994).

Le professeur Ellis a également traduit une partie importante de la poésie de José María Heredia et de José Marti.

Keith Ellis est à La Havane avec une délégation de plus de 30 Canadiens qui participe au 10e Colloque international de solidarité avec les cinq héros cubains et contre le terrorisme, qui se tient les 11 et 12 septembre 2014.

(Source: Prensa Latina)

Haut de page


Le parlement sud-africain demande aux États-Unis
de libérer tous les Cinq

Le 19 septembre, l'Assemblée nationale de l'Afrique du Sud a adopté une résolution demandant la libération immédiate et la liberté pour les trois des Cinq Cubains qui sont toujours en prison. Elle appelle également les États-Unis à lever le blocus économique contre Cuba et à entreprendre immédiatement des relations plus positives avec Cuba.

La résolution est basée sur le projet de résolution déposé par le whip en chef du Congrès national africain, qui demandait à l'Assemblée de:

1. prendre note que les Cinq Cubains sont ces Cinq Cubains qui ont été accusés par le gouvernement des États-Unis d'avoir commis de l'espionnage et comploté contre les États-Unis d'Amérique et ont été subséquemment emprisonnés depuis le 12 septembre 1998;

2. se rappeler que les actions menées par les Cinq Cubains n'étaient pas dirigées contre le gouvernement des États-Unis et qu'ils n'ont pas commis ni planifié une conspiration contre le gouvernement, mais plutôt qu'ils ont infiltré les organisations terroristes de Miami qui planifiaient des attentats terroristes contre Cuba;

3. se rappeler aussi qu'ils n'ont fait de mal à personne et n'ont pas possédé ou utilisé d'armes durant leur mission qui consistait simplement à protéger le peuple cubain du terrorisme;

4. croire que les États-Unis auraient dû coopérer avec l'opération clandestine antiterroriste menée par les Cinq Cubains pour empêcher des actes criminels et décourager le terrorisme sous toutes ses formes et partout où il est présent car il est une menace croissante à la stabilité mondiale;

5. se féliciter de la libération de René González, le 7 octobre 2011, après qu'il ait purgé sa peine, et du recouvrement complet de sa liberté en mai 2013, de même que de la libération de Fernando González, le 27 février 2014; et

6. appeler le gouvernement sud-africain, la société civile et tous les Sud-Africains à se joindre au mouvement mondial de solidarité avec les Cinq Cubains et à participer activement à des forums, au travail dans les médias, au travail de publicité, à des marches et pétitions visant à demander la libération immédiate et la liberté des membres des Cinq Cubains toujours incarcérés; et

7. appeler encore une fois le président des États-Unis d'Amérique à lever immédiatement le blocus et entreprendre avec Cuba des relations plus positives.

La résolution de l'Assemblée nationale sera envoyée aux ambassades cubaine et américaine à l'attention de leur gouvernement respectif.

(PoliticsWeb (South Africa))

Haut de page


Libérez les patriotes antiterroristes cubains emprisonnés depuis 16 ans!

Une campagne internationale

Les organisations d'amitié avec Cuba ont tenu des actions dans 38 pays le 4 septembre dans le cadre de la campagne internationale pour faire libérer les trois des Cinq Cubains qui sont toujours emprisonnés aux États-Unis. Gerardo Hernandez, Ramon Labañino et Antonio Guerrero, de même que René Gonzalez and Fernando Gonzalez (connus internationalement comme les Cinq Cubains) furent arrêtés par les autorités américaines en 1998 pour leur avoir fait rapport des agissements de groupes terroristes qui planifiaient des actes violents contre Cuba à partir des États-Unis.

Seulement René Gonzalez et Fernando Gonzalez sont revenus à Cuba après avoir purgé leur peine, mais les trois autres se trouvent toujours en prison aux États-Unis malgré un vaste mouvement international de protestation qui exige leur libération immédiate et leur retour à Cuba.


Piquetage devant la Maison Blanche le 7 juin 2014 lors des cinq jours pour les Cinq

Ces actions, qui s'opposent aussi à la terreur d'État des États-Unis contre Cuba et d'autres pays, se tiendront jusqu'au 6 octobre, qui est le 38e anniversaire du bombardement criminel d'un avion de ligne cubain au large des côtes de la Barbade. À Cuba le 6 octobre est la Journée des victimes du terrorisme d'État et on y commémore les 76 personnes qui ont été tuées dans ce bombardement et les milliers d'autres Cubains qui ont été tués et blessés par des terroristes agissant à la solde des États-Unis.

Parlant de la campagne internationale, Kenia Serrano, présidente de l'Institut cubain d'amitié avec les peuples (ICAP), a mis en lumière la contribution des organisations de solidarité internationale.

La coordonnatrice du Comité international de solidarité avec les Cinq, Graciela Ramirez, a dit que la campagne va comprendre une vigile devant la Maison Blanche le 12 septembre. Des activistes vont aussi rendre visite à des congressistes américains au Capitole.

« Nous espérons qu'il y aura des manifestations devant les ambassades des États-Unis de par le monde pour faire écho à cette vigile de protestation contre l'emprisonnement injuste de ces hommes », a dit Ramirez en présentant les diverses activités qui sont organisées pour exiger la libération des Cinq.

Une exposition intitulée « Absueltos por la Solidaridad » (Absous par la solidarité) comprenant 16 aquarelles d'Antonio Guerrero s'ouvrira à La Havane le 13 septembre. Comme l'a expliqué Fernando Gonzalez, les aquarelles représentent des moments difficiles vécus par les Cinq.


René González rencontre l’Association d’amitié
Portugal-Cuba le 4 septembre 2014.

Il y aura des marches, rassemblements et autres actions partout à Cuba et un grand gala le 12 septembre sur les marches de l'Université de La Havane.

Au Portugal, des dirigeants politiques et des activistes du mouvement de solidarité ont demandé au gouvernement des États-Unis de libérer les antiterroristes cubains lors d'une manifestation devant les bureaux du journal Avante à Lisbonne. À cette occasion, le député du parlement portugais Antonio Filipe, représentant du Parti communiste portugais, vice-président de l'Assemblée nationale et président du Groupe parlementaire d'amitié Portugal-Cuba a rappelé l'importance de maintenir la pression internationale pour obtenir la libération des Cinq.

En visite à Lisbonne, René Gonzalez a eu ces mots en entrevue avec Prensa Latina: « Nous ne renoncerons jamais à notre droit de dénoncer l'injustice qui a été commise. » Il a parlé du caractère politique du cas des Cinq et de la nécessité dans ce cadre de continuer de mettre de la pression sur le gouvernement des États-Unis pour obtenir justice. Au nom des Cinq, il a remercié tous ceux qui appuient leur cause et exprimé son appréciation des manifestations de solidarité qui s'expriment partout dans le monde et maintiennent vivante la solidarité internationale.

Parmi les autres actions, on compte une action sur Twitter le 8 septembre qui visait à afficher au moins 5844 messages Twitter exigeant la libération des Cinq, soit le nombre de jours que Hernandez, Guerrero et Labañino avaient passés en prison à cette date.

LML lance l'appel à tous à participer à ces actions pour faire connaître cette injustice commise contre les Cinq et contribuer ainsi à leur libération et à mettre fin aux actes criminels de terrorisme des États-Unis contre Cuba ainsi que contre tous les pays et peuples qui se bâtissent une voie indépendante.


Des jeunes de Camaguey et de Holguin lors des événements qui ont lancé le programme d’actions dans tout Cuba pour demander la libération des patriotes cubains, le 5 septembre 2014

Haut de page


Le Royaume-Uni refuse un visa à René González


Olga Salanueva participe au Congrès du Conseil des syndicats
britanniques à Liverpool le 8 septembre 2014 bien que René
González ait été interdit d’entrée au Royaume-Uni.

Le 27 août, René Gonzalez s'est vu refuser pour la deuxième fois un visa pour entrer au Royaume-Uni. Le premier des Cinq Cubains à être libéré, René devait prendre la parole à des réunions à Liverpool et à Londres à l'occasion du 16e anniversaire de leur arrestation. Malgré une invitation de la part de 29 députés britanniques pour qu'il prenne la parole à une réunion au Parlement et du Conseil des syndicats pour venir parler à leur congrès à Liverpool, le gouvernement britannique a refusé de se soumettre à trois appels en justice demandant l'annulation de sa décision de lui refuser l'entrée au pays. René était en visite au Portugal et en France quand son visa pour le Royaume-Uni a été rejeté.

C'est la deuxième fois qu'une demande de visa de René pour la Grande-Bretagne est rejetée par le gouvernement La première fois, c'était à la veille de la Commission d'enquête sur le cas des 5 Cubains où il devait comparaître comme témoin principal. À ce moment-là, en mars 2014, les appels en justice n'avaient pu renverser la décision.

« Compte tenu de la portée internationale de cette affaire, il est essentiel que René se voit accorder toutes les plate-formes disponibles pour présenter le cas des Cinq et continuer à revendiquer, dans le monde entier, que justice soit faite et que les 3 autres membres des Cinq toujours en prison soient libérés », écrit le Comité étatsunien pour la libération des Cinq Cubains.

Bien que René n'ait pas été autorisé à assister à la réunion du 10 septembre, le processus d'appel n'est pas terminé. La prochaine étape de la procédure judiciaire est déjà en cours et les activistes travaillent à s'assurer de faire entendre une forte opposition au refus d'émettre un visa.

Olga Salanueva, l'épouse de René, a pris la parole lors des réunions d'urgence tenues du 8 au 10 septembre pour protester contre le refus par le gouvernement britannique d'accorder un visa d'entrée à son mari.

(freethecubanfive.org)

Haut de page


Les Cinq Cubains se voient décerner le prix Nelson Mandela par la fondation Geller de Philadelphie

La fondation Geller de Philadelphie a accordé son prix Nelson Mandela aux cinq combattants antiterroristes cubains qui ont été condamnés à des peines de prison injustes aux États-Unis après avoir infiltré des organisations violentes aux États-Unis qui planifiaient des actions terroristes contre le peuple cubain.

La Fondation Geller de Philadelphie est dirigée par deux membres du Centre d'études cubaines. Lorsque Nelson Mandela est décédé, ils ont créé le prix annuel à accorder à ceux qui incarnent le mieux les qualités humaines du leader sud-africain.

Le prix, accordé pour la première fois par la fondation, a été remis le 30 juillet à des proches des cinq Cubains par la directrice du Centre pour les études cubaines basé à New York, Sandra Levinson, lors d'une réunion à La Havane avec 25 membres du centre, au siège de l'Institut cubain d'amitié avec les peuples (ICAP).

(ACN, www.periodico26.cu)

Haut de page


Lisez Le Marxiste-Léniniste
Site web:  www.pccml.ca   Courriel: redaction@cpcml.ca