Le Marxiste-Léniniste

Numéro 94 - 22 juillet 2014

Des crimes de guerre au nom du droit de se défendre

La position d'Israël est insoutenable

Des crimes de guerre au nom du droit de se défendre
La position d'Israël est insoutenable
L'occupation est un crime - la résistance est un droit ! - Margaret Villamizar
Des actions partout dans le monde appellent à mettre fin aux crimes d'Israël contre la Palestine


Des crimes de guerre au nom du droit de se défendre

La position d'Israël est insoutenable

L'État sioniste d'Israël a lancé une invasion terrestre du territoire palestinien occupé avec près de 60 000 soldats massés à la frontière de la bande de Gaza. Cette invasion terrestre est une tentative désespérée de briser la résistance palestinienne après l'échec de l'État sioniste à l'écraser par une campagne brutale de deux semaines de bombardements aériens quotidiens qui a détruit nombre de maisons, des mosquées, un foyer pour personnes handicapées et l'infrastructure civile, notamment les infrastructures hydrauliques, privant d'eau potable un tiers de la population de Gaza. Avant le déclenchement de cette invasion terrestre, plus de 240 personnes avaient été tuées et plus de 1700 blessées, dont beaucoup de femmes et d'enfants; selon les Nations unies, 80 % des victimes sont des civils. En date d'aujourd'hui, on fait état de plus de 600 mots.

Toujours dans le but d'intimider les familles, les soldats ont fait sauter les portes principales de nombreuses maisons, causant des dommages importants. Des dizaines de Palestiniens qui protestaient contre ces frappes ont dû être traités contre les effets des gaz lacrymogènes et beaucoup ont été tués par des tirs de balles réelles et des balles en acier enrobées de caoutchouc lors des affrontements entre des jeunes et des soldats israéliens à Hébron, Bethléem, Tulkarem, Salfit et Ramallah.

Israël a également tenté de décimer le gouvernement palestinien en arrêtant onze députés palestiniens, y compris le ministre des Finances, le Dr. Omar Abdul-Razeq de Salfit dans le centre de la Cisjordanie, et les députés de Ramallah, Naplouse et Jénine, dans le nord et Hébron dans le sud. Des jeunes ont été arrêtés et conduits à la base militaire israélienne proche de Hébron, tandis que beaucoup d'autres ont été arrêtés à Bethléem.

Le Centre Ahrar pour l'étude des prisonniers et des droits de l'homme a déclaré que des soldats avaient arrêté le professeur Ibrahim Abdul-Sattar Qassem, un éminent intellectuel de l'Université An-Najah de Naplouse, dans la partie nord de la Cisjordanie occupée.

Une campagne de relations publiques massive, lancée par les sionistes, accompagne ces crimes de guerre et le président américain Barack Obama, le premier ministre canadien Stephen Harper et d'autres qui soutiennent le soi-disant droit de se défendre d'Israël y participent.

Le premier ministre sioniste, Benjamin Netanyahou, a déclaré: « Aucune pression internationale ne nous empêchera de frapper, avec toute la force ». Qualifiant pratiquement toute la bande de Gaza de terroriste, il a dit que « aucune cible terroriste n'est hors limites ».

Le président américain Barack Obama a déclaré dans un discours: « Israël a le droit de se défendre contre ce que je considère être des attaques inexcusables du Hamas. » Le porte-parole de la Maison Blanche a dit: « Il y a un certain nombre de relations que nous avons dans la région et que nous souhaiterions utiliser pour essayer de parvenir à la fin des tirs de roquettes lancées depuis Gaza.»

Le premier ministre du Canada a déclaré: « L'appui du Canada envers Israël est sans équivoque. Nous appuyons son droit de se défendre, par lui même, contre ces attaques terroristes, et nous exhortons le Hamas à cesser immédiatement ses attaques aveugles à l'endroit d'innocents civils israéliens.

« Le Canada réitère son appel au gouvernement palestinien à désarmer le Hamas et d'autres groupes terroristes palestiniens qui opèrent à partir de Gaza, dont le Jihad islamique palestinien, mandaté par l'Iran. »

Dans un autre effort pour arrêter la résistance palestinienne tout en défendant l'agression israélienne, Tony Blair, l'envoyé du Quartet (États-Unis d'Amérique, Russie, Union européenne et Nations unies) et ancien premier ministre britannique, s'est envolé pour le Caire le 12 juillet pour des entretiens. Les Palestiniens ont rejeté le gouvernement militaire du Caire, soutenu pas les États-Unis, comme étant incapable de mener des négociations et de les aider dans ces heures difficiles. Les tentatives de Tony Blair pour donner de la crédibilité aux Égyptiens et pour faire pression sur les Palestiniens sont vouées, elles aussi, à l'échec. Loin d'abandonner leurs luttes et leur résistance, les Palestiniens condamnent l'Égypte qui permet qu'ils soient emprisonnés sans avenir dans les territoires occupés.

Ces crimes et ces justifications abominables se heurtent à la résistance accrue du peuple palestinien et à l'opposition des peuples du monde. Cela montre à quel point la position de l'État d'Israël de continuer de commettre de tels crimes jusqu'à ce que la résistance soit totalement écrasée est non seulement irréalisable, mais aussi insoutenable. Cela causera de graves souffrances et destructions et isolera Israël comme jamais auparavant, mais n'éliminera pas la résistance.

Mettons fin maintenant à l'occupation !
Il faut inculper Israël de crimes de guerre !
Appuyons la résistance palestinienne !
Vive la Palestine !

Haut de page


L'occupation est un crime, la résistance est un droit !

Le droit et les principes internationaux issus de l'expérience de la Deuxième Guerre mondiale établissent que l'occupation est un crime et que la résistance à l'occupation est un droit. Les Palestiniens affirment leurs droits en se défendant contre l'occupation et les attaques d'Israël. Ils affirment le droit d'être de tous. En résistant à l'occupation, ils disent Non aux crimes de guerre, à l'occupation et aux violations des droits humains! En nous tenant à leurs côtés, nous affirmons nos droits et les droits de tous.

Le gouvernement Harper ne représente pas l'opinion publique canadienne. Pour le gouvernement Harper, l'agression brutale d'Israël dans les airs, sur mer et maintenant sur terre de la bande de Gaza ne pose aucun problème malgré les centaines de civils, dont de nombreux enfants, tués et la destruction des infrastructures essentielles.

Pour Stephen Harper et John Baird, ce sont ceux qui vivent sous occupation et leur résistance qui posent problème et portent la responsabilité de leur propre mort. Si seulement ils acceptaient leur sort de peuple occupé, avec tous les outrages que cela implique, tout irait bien.

Stephen Harper encourage activement Israël et se vante de l'appui sans équivoque du « Canada » envers Israël. Des civils se font tuer à Gaza seulement parce qu'ils servent de boucliers humains, dit-il, exonérant Israël de toute responsabilité. C'est de la pure désinformation qui vise délibérément à faire passer la victime pour l'agresseur.

Les affirmations absurdes de Harper et ses conseils aberrants aux autres gouvernements que la solidarité avec Israël est le meilleur moyen d'arrêter le conflit montrent qu'il ne reconnaît aucune des normes et aucun des principes du droit international. Tout est justifié en invoquant la lutte contre le terrorisme. Ce qu'il veut vraiment dire bien sûr, c'est que la résistance à la violence systémique de l'occupation ne sera pas tolérée. Selon cette logique tordue, le fait qu'Israël se livre au terrorisme d'État pour imposer un châtiment collectif au peuple palestinien à Gaza est très bien.

Non seulement cela, mais dans son désespoir de désinformer l'opinion publique pour échapper aux conséquences de son soutien sans scrupules à Israël, la bande de Harper veut criminaliser toute personne qui parle ou agit politiquement pour s'opposer à l'occupation, parce que sa vision d'avenir du Canada est celle d'un Canada complètement intégré au plan de l'impérialisme américain de domination et d'occupation mondiales, de dépossession des peuples de leurs terres et de leurs ressources.

En mars dernier, les étudiants de l'Université de Windsor ont tenu un référendum pour donner aux jeunes l'occasion d'exprimer leur conviction qu'il faut mettre fin à l'occupation israélienne de la Palestine, ce qu'ils ont fait. Au lieu de reconnaître que la jeunesse canadienne refuse la guerre et l'occupation et que quand elle a l'information, elle se tient du côté de la justice, le gouvernement Harper a essayé de la diaboliser et et de la criminaliser, et l'université, à sa grande honte, a suivi.

Le ministre Jason Kenney a déclaré que le vote des étudiants pour que leur gouvernement étudiant boycotte ou retire ses investissements des entreprises qui tirent profit des crimes de guerre, de l'occupation et de l'oppression israéliennes était un «geste haineux ».

Jeff Watson, le député conservateur de la circonscription d'Essex, a déclaré que cette position des étudiants faisait partie de « ce nouvel antisémitisme qui empoisonne nos campus canadiens. »

Ce vote étudiant, malgré ces pression et ce chantage, a montré que les jeunes Canadiens sont contre la guerre et l'occupation et que l'on pouvait compter sur eux pour prendre une position juste.

Les agresseurs israéliens, le président américain Obama, le premier ministre du Canada Stephen Harper justifient les crimes de guerre en le qualifiant de droit de se défendre. C'est une tentative de désinformation de l'opinion publique pour rendre inefficace l'opposition résolue à l'occupation et aux crimes de guerre d'Israël. Mais ces tentatives sont un échec lamentable, car les peuples du monde se lèvent et exigent la fin de l'occupation. Les crimes d'Israël -- les massacres, les démolitions, les arrestations et maintenant l'invasion terrestre -- montrent que son seul objectif est d'écraser la résistance. Mais il ne peut pas y arriver. Mobilisons-nous pour nous assurer qu'il n'y parvienne pas.

Vive la résistance palestinienne !
Mettons fin aux crimes de guerre !
Mettons fin à l'occupation !

Haut de page


Des actions partout dans le monde appellent à
mettre fin aux crimes d'Israël contre la Palestine

La résistance continue dans le monde entier contre le terrorisme d'État déchaîné contre la Palestine par l’État sioniste d’Israël, soutenu par les États-Unis, sous prétexte de venger l'enlèvement et l'assassinat le 12 juin de trois adolescents israéliens. L'État d'Israël, sans preuve ou sans suivre une procédure juridique régulière, accuse le gouvernement du Hamas de la bande de Gaza pour les enlèvements et le déclare organisation terroriste. Il utilise la situation pour justifier les arrestations massives, la détention indéfinie et les bombardements. La châtiment collectif de masse est un crime odieux associé aux nazis, aux fascistes et aux militaristes japonais pendant la Deuxième Guerre mondiale et aux impérialistes américains dans des pays comme la Corée et le Vietnam. Partout dans le monde, les gens ont manifesté pour exiger que soit mis fin aux crimes contre l'humanité perpétrés contre le peuple palestinien dans la bande de Gaza et la Cisjordanie.

Canada

Halifax


Le 18 juillet, environ 400 personnes ont pris part à une manifestation animée à Halifax pour dénoncer les crimes de guerre israéliens et pour montrer leur soutien  à la population de Gaza et de la Palestine. Organisée par SAIADAL - Les étudiants contre l'apartheid israélien de l'Université Dalhousie, elles ont manifesté devant les édifices de CBC Radio et CBC TV pour dénoncer la partialité des reportages des médias sur le massacre qui se déroule à Gaza.

Au lieu d’envoyer des journalistes pour couvrir l'événement ou un représentant parler avec les manifestants, la CBC a appelé la sécurité et exigé que les manifestants quittent sa propriété. La manifestation s'est poursuivie sur les trottoirs avec une prise de parole par plusieurs intervenants dont le patriote palestinien Dr. Ismail Zayid, des représentants de SAIADAL, du Syndicat canadien de travailleuses et travailleurs des Postes, de No Harbour For War et d'autres.

SAIADAL a appelé à une vigile à la chandelle pour les victimes de l'agression israélienne dans la bande de Gaza, le samedi 19 juillet à 21 h 30 à l'entrée principale des Jardins publics d’Halifax.

Montréal

Le 11 juillet, plus de 2000 personnes ont manifesté au centre-ville de Montréal à l'heure de pointe pour dénoncer les atrocités israéliennes contre le peuple palestinien. Les manifestants ont été invités à signer un immense drapeau palestinien qui sera envoyé en Palestine comme l’expression de l’appui résolu des Canadiens à la lutte du peuple palestinien.

« Viva Viva Palestina! », « Free Gaza », « Israël terroriste, Harper complice! » et autres slogans ont résonné dans les rues alors que la manifestation progresssait vers le bureau du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, pour exiger qu'il dénonce les attaques israéliennes.

Des représentants de Palestiniens et Juifs unis, de Jews United Against Zionism, de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), de l'Arche de Gaza, et de l'Association québécoise de coopération internationale ont été parmi les orateurs.

Le 16 juillet, une autre action s'est tenue à la station de métro Mont-Royal où se sont rassemblés des centaines de personnes durant l'heure de pointe, exigeant qu'Israël arrête ses actions génocidaires contre la Palestine et reconnaisse son droit d'être. La manifestation, organisée par « Howl Arts collectives » de Montréal et Tadamon!, a déclaré que seule la défense et l'affirmation des droits du peuple palestinien peuvent garantir la paix dans la région et a dénoncé le rôle honteux du gouvernement Harper dans son soutien à l'État sioniste. La manifestation qui comprenait un long drapeau palestinien porté par 66 personnes, une personne pour chacune des 66 années d'occupation depuis la Nakba, a été accueillie chaleureusement tout au long du parcours.




Ottawa

À Ottawa, le 12 juillet, Students Against Apatheid, Independent Jewish Voices, et des groupes communautaires palestiniens se sont réunis au Monument des droits humains dans le centre-ville d'Ottawa pour exiger la fin de l'agression d'Israël contre Gaza.

Les cris de « Free, Free Palestine  ! » ont résonné durant la manifestation qui a marché de la rue Elgin à l'Ambassade des États-Unis. Près de 3000 personnes se sont rassemblées pour dénoncer le rôle de l'impérialisme américain dans l'occupation et l'agression sionistes israéliennes. De la musique exprimant la longue lutte des Palestiniens pour la reconnaissance de leurs droits a retenti dans le centre-ville d'Ottawa.

En se dirigeant vers la colline parlementaire, la manifestation s'est arrêtée brièvement devant le bureau du premier ministre pour dénoncer le soutien du gouvernement canadien aux politiques israéliennes et exiger qu'il représente la majorité des Canadiens qui croient en la justice et aux droits humains pour tous.




Toronto

Le 11 juillet, en début de soirée, plus de 1500 personnes de la région du Grand Toronto, la grande majorité des jeunes Canadiens, ont manifesté devant le consulat israélien de Toronto. Ce fut une puissante rebuffade de la désinformation du gouvernement Harper concernant « le soutien inconditionnel du Canada » à l’État sioniste d'Israël et la preuve que Harper et son gang pro-sioniste ne parlent pas au nom des Canadiens.

La manifestation a été organisée par la Maison de la Palestine et la Coalition contre l'apartheid israélien. Durant les discours, des jeunes ont formé un poing levé et scandé  « Harper, Harper, tu verras, la Palestine sera libre ! » et d'autres slogans,  noyant du coup une provocation par un groupe de sionistes qui a été forcé de détaler.

Les manifestants ont pris la rue et marché le long de la rue Bloor jusqu'à Yonge, puis sur la rue College et de retour au consulat israélien. De nombreux passant ont exprimé leur appui aux manifestants et à la juste cause du peuple palestinien.



 

Waterloo

London

Windsor

Le 18 juillet, à Windsor, plusieurs centaines de personnes ont participé à l'action contre les crimes de guerre israéliens: Windsor manifeste en faveur de la Palestine. Les principaux organisateurs étaient des militants du Groupe de solidarité palestinienne de l'Université de Windsor. L'action était remarquable  à cause d’une forte présence des jeunes ainsi que des familles entières représentant plusieurs générations. Elle a été appuyée par la Coalition pour la paix de Windsor et d'autres qui sont venus se joindre à la manifestation. À 17 h 30, une marche animée a eu lieu au centre-ville, les manifestants portaient des pancartes et scandaient des slogans comme « Libérez la Palestine ! » et « Libérez Gaza ! ». La marche s'est terminée avec des discours sur la place devant l'ôtel de ville.  Les orateurs ont appelé à la fin des attaques contre Gaza, soulignant que c'est la troisième guerre qu'Israël a déclenchée en six ans. Ils ont exigé la fin de  l'occupation et ont soutenu le droit des Palestiniens à résister jusqu'à ce que ce que cela devienne réalité. L’appui du gouvernement Harper  aux crimes de guerre d'Israël et l'utilisation de la désinformation pour les justifier a été dénoncé à plusieurs reprises.  Les participants ont été encouragés à rester informés, actifs et organisés dans le but de gagner le combat pour obtenir justice pour la Palestine. À la fin de la marche, une collecte a été organisée pour appuyer l'aide médicale aux blessés de Gaza.

Calgary


Vancouver

États-Unis

New York, Washington, DC


Boston, Burlington


Chicago


Cleveland


Indianapolis, Columbia


Minneapolis, St Paul


St. Louis


Houston, Fort Worth


Austin

 
 Tempe, Denver


Albuquerque, San Diego


Los Angeles


San Francisco


Portland


Porto Rico


Amérique latine

Mexico


Venezuela

À gauche: le président vénézuélien Nicolas Maduro brandit une pancarte SOS Palestine. Le 12 juillet lors d'une émission de télévision, il a appelé au lancement d'une campagne sur twitter # SOSPalestine indiquant:. « Le peuple palestinien a le droit de vivre dans la paix sur ses terres ancestrales. Notre position internationale sur la question de la Palestine est juste et conforme à la politique de comandante Hugo Chavez. » La campagne est également un défi lancé directement à la campagne intitulée # SOSVenezuela promue par diverses célébrités aux États-Unis, a déclaré Maduro. « À ceux qui sont allés partout dans le monde en disant ' SOS Venezuela ', qu'est-ce que les hypocrites qui ont lancé SOS Venezuela ont à dire sur la Palestine ? Voyons s'ils osent dire ' SOS Palestine ! '», a-t-il déclaré

Salvador, Colombie


Europe

Angleterre



Écosse, Irlande


Suède, Danemark


Autriche


Allemagne, Pays-Bas


Belgique, France


Espagne


Italie, Grèce


Asie

Turquie


Jordanie


Yémen


Afghanistan



Inde


Japon


Philippines


Afrique

Tunisie


Mauritanie


Afrique du Sud


Australie



(LML, M Noonam, E Lotayef, ACAB Media, Support Palestine, SFPR, Indigants, M Riviera, G Smallman, Rigorous Intuition, kafila.org, J Unson)

Return to top


Lisez Le Marxiste-Léniniste
Site web:  www.pccml.ca   Courriel: redaction@cpcml.ca