Le Marxiste-Léniniste

Numéro 64 - 9 mai 2014

Le gouvernement de l'Alberta forcé de reculer
sur ses projets de loi antiouvriers

Non, c'est non! Ne touchez pas à nos pensions!
Il est temps d'intensifier la lutte!


Des centaines de travailleurs ont manifesté devant le parlement albertain le Premier Mai pour dire au gouvernement
de cesser ses attaques contre les droits et les pensions des travailleurs et pour célébrer la conclusion d'une entente
de principe pour les employés du gouvernement provincial. Les orateurs ont également exprimé leur solidarité avec les
nombreux travailleurs migrants qui sont touchés par les récentes modifications au programme fédéral.

Le gouvernement de l'Alberta forcé de reculer sur ses projets de loi antiouvriers
Non, c'est non! Ne touchez pas à nos pensions! Il est temps d'intensifier la lutte!
Le gouvernement recule sur le projet de loi 46 qui attaquait le droit de négociation du secteur public

Des profits énormes pour les monopoles de l'énergie et plus d'austérité exigée des travailleurs
Faisons échec au programme antisocial ! - George Allen


Le gouvernement de l'Alberta forcé de reculer
sur ses projets de loi antiouvriers

Non, c'est non! Ne touchez pas à nos pensions!
Il est temps d'intensifier la lutte!


Le Premier Mai devant l'assemblée législative de l'Alberta. (AUPE)

Les travailleurs du secteur public et leurs alliés ont forcé le gouvernement à reculer dans leurs attaques contre une retraite dans la sécurité. Les projets de loi 9 et 10 - qui attaquent respectivement les régimes de retraite à prestations déterminées du secteur public et du secteur privé - ne seront pas adoptés par l'Assemblée législative au cours de cette session. Les deux projets de loi seront référés au Comité permanent sur l'avenir économique de l'Alberta. Des audiences publiques auront lieu au cours de l'été et le comité fera rapport à l'Assemblée législative pendant la session de l'automne qui est prévue pour le 27 octobre. C'est à ce moment que les conservateurs auront élu un nouveau chef qui aura aussi été assermenté à titre de premier ministre.

Félicitations à tous les travailleurs, les syndicats et leurs alliés qui ont mené cette lutte pour défendre une retraite dans la sécurité. Le gouvernement a été forcé de reculer devant des mois d'opposition y compris des manifestations, des piquetages, un déluge de lettres, des appels téléphoniques et des réunions avec les députés, des pétitions et d'autres actions.

« De toute évidence le peuple albertain s'est fait entendre. Les gens se sont tenus debout pour leurs régimes de retraite. Ils ont indiqué clairement à leurs députés que ces projets de loi sont inacceptables. » a dit le président de la Fédération du Travail de l'Alberta, Gil McGowan. « Ensemble, les centaines de personnes qui dépendent de ces régimes ont faire reculer le gouvernement. Il ne faut pas lâcher de travailler ensemble afin d'arrêter les attaques contre les régimes à prestation déterminée. »

L'annonce à l'effet de référer le projet de loi au comité sur l'avenir de l'Alberta et de la tenue d'audiences publiques est venue après que les conservateurs en soient venus à une entente avec les partis de l'opposition. Le chef néodémocrate de l'Alberta, Brian Mason, a dit dans un communiqué que les partis d'opposition se sont mis d'accord pour mettre un terme à leur filibuster pour permettre au projet de loi 9 de terminer la deuxième lecture. En retour, le gouvernement s'est dit d'accord pour référer le projet de loi et pour tenir des audiences publiques.

La lutte est loin d'être finie. Sans doute les conservateurs ne veulent-ils pas faire des projets de loi 9 et 10 une question alors que la guerre fait rage pour choisir le prochain chef conservateur. Les nominations débutent le 15 mai et à ce moment-là les membres du cabinet candidats à la chefferie devront démissionner. C'est sans doute un facteur qui a fait en sorte que les conservateurs ont senti la pression pour qu'ils adoptent la législation avant le 15 mai. Tirer un trait pour l'instant sur leurs projets de loi était la seule option bien que celle-ci cadrait mal avec le rôle de souffre-douleur que se donne le caucus conservateur, ces « pauvres petites brebis ayant perdu leur chemin ». Mais le loup en peau de brebis rôde toujours dans les parages et il ne faut pas s'attendre à ce que les conservateurs abandonnent le moindrement leur ordre du jour antisocial et antiouvrier. Ils sont sans doute déjà en train de tramer de nouveaux complots pour l'imposer quoi qu'il advienne.

Il ne reste qu'à intensifier la résistance. Des audiences publiques offrent une occasion pour élargir la lutte à la défense des régimes de retraite et pour lutter pour les régimes de retraite pour tous, ainsi que pour encourager encore plus d'Albertains dans la lutte. Le gouvernement albertain doit être forcé non seulement de retirer les projets de loi 9 et 10, mais aussi d'appuyer toute bonification du Régime de pensions du Canada.

Haut de page


Le gouvernement recule sur le projet de loi 46 qui attaquait le droit de négociation du secteur public

Le syndicat des employés provinciaux de l'Alberta (SEPA) a annoncé le 28 avril qu'une convention collective touchant à 22 000 travailleurs de services du gouvernement avait été signée. Ces travailleurs avaient été la cible directe du projet de loi 46 antiouvrier du gouvernement, Loi pour restreindre les salaires dans la fonction publique. Le jour même, le gouvernement de l'Alberta a informé les tribunaux qu'il n'irait pas en appel de l'injonction accordée au SEPA contre le projet de loi 46. Comme ce projet de loi ne touchait qu'au SEPA et qu'il ne couvrait que la période de quatre ans en vertu de la convention collective, il devient par le fait même caduc dès qu'une entente est ratifiée.

« Nous avons maintenant un protocole d'entente que nous pouvons recommander à nos membres avec fierté », a dit le président du SEPA, Guy Smith.

« Nous avons toujours cherché une entente négociée plutôt que l'arbitrage. Une entente négociée permet à nos membres d'exercer leur droit de voter sur les conditions entourant l'entente, conditions qui vont directement affecter leur vie au travail pour les années à venir », a-t-il dit.

« Le travail du syndicat n'est pas terminé pour autant. Nous allons continuer de nous opposer aux changements aux régimes de retraite tels que préconisés par le projet de loi 9, et de contrer les restrictions aux libertés des membres contenues dans le projet de loi 46 et plus encore », a dit Smith.

« Nous sommes prêts à rebâtir avec le gouvernement une relation qui permettra aux Albertains d'avoir les services qu'ils méritent. Nos membres vont juger le gouvernement selon ses actions et non seulement selon ses paroles », a dit Smith.

Nos félicitations à SEPA pour avoir défendu les droits des travailleurs de décider et d'avoir refusé d'accepter le recours par l'État à la force et à la violence! Félicitations à tous les travailleurs et à leurs alliés qui ont participé à cette lutte et qui continuent d'exiger que les projets de loi 46, 9 et 10 soient retirés.

Les travailleurs et leurs alliés ont démontré de façon claire qu'ils rejettent tout recours à la force et à la violence et qu'ils veulent des négociations de bonne foi. Ils ont forcé le gouvernement à reculer sur sa prise de position arrogante à l'effet qu'il peut abuser de son pouvoir comme bon lui semble sans que personne ne les force à rendre des comptes.

Haut de page


Des profits énormes pour les monopoles de l'énergie
et plus d'austérité exigée des travailleurs

Faisons échec au programme antisocial !

Le gouvernement provincial de l'Alberta continue de prétendre que « l'austérité » est nécessaire en raison des « luttes » auxquelles s'adonnent les monopoles de l'énergie pour réaliser des profits. Il utilise cette désinformation comme une excuse pour sous-financer les soins de santé, l'éducation et les autres programmes sociaux et faire pression sur les travailleurs pour qu'ils acceptent des concessions à leurs salaires, avantages sociaux et pensions.

Dans le budget provincial de 2013, le montant des revenus que le gouvernement réclame du secteur de l'énergie en général, et spécifiquement des monopoles autorisés à opérer en Alberta, a été réduit de près de 4 milliards $, soit plus de 35 % par rapport à l'année précédente.

Les cris d'austérité dans l'économie et les luttes entre monopoles pour les profits sont des excuses pour réduire les réclamations du gouvernement sur ce qu'il appelle « les revenus tirés des ressources non renouvelables ». Le montant que le gouvernement réclame dans le budget 2014 comme revenus provenant des ressources non renouvelables a augmenté mais il est encore près de 20 % en dessous du montant de 2012.

Le mensonge que les monopoles de l'énergie sont en difficulté est révélé au grand jour par les faits constatés dans les documents financiers des entreprises. Un exemple flagrant est l'amélioration continue de la rentabilité de Suncor, le monopole impliqué dans l'exploitation des sables bitumineux. Suncor vient d'annoncer ses résultats financiers du premier trimestre de 2014 (janvier-mars), qui sont les meilleurs à ce jour. Les revenus ont bondi de 5 % par rapport à la même période en 2013 et de 3 % par rapport au trimestre précédent (octobre-décembre 2013). Les flux de trésorerie provenant de l'exploitation de Suncor, une large mesure de la performance financière et opérationnelle d'une entreprise d'énergie, ont grimpé de 26% par rapport à l'an dernier et de 23% par rapport au trimestre précédent.

Suncor s'est retrouvé avec un profit déclaré sur ses capitaux propres de 1,5 milliards $, ou 1,01 $ par action ordinaire, soit une augmentation de 36 %, année après année, et une augmentation énorme de 250 %, trimestre après trimestre. Ces résultats ont été obtenus malgré la chute de production quotidienne totale de brut de 8,5 % pour le premier trimestre 2014 par rapport au premier trimestre 2013 et de 2,3 % par rapport au trimestre précédent. Même si sa production des sables bitumineux a diminué, les profits ont augmenté. Ceci indique comment les fortunes des monopoles de l'énergie sont étroitement liées aux prix réalisés de leurs produits et à quel point les Canadiens et les entreprises doivent finalement payer sur une base individuelle. Cela montre également la nécessité d'une intervention consciente et d'un contrôle par une autorité publique pour fixer les prix et vendre les ressources énergétiques au pays et à l'étranger. Le contrôle public sur la distribution en gros des ressources naturelles et de leurs prix de production est nécessaire et dans l'intérêt public. Cela stabiliserait l'économie de l'extraction des ressources et ouvrirait un espace dans la lutte pour l'humaniser. Le contrôle public sur le marché en gros mettrait également un terme à de telles excuses pour invoquer l'austérité, tels les cris du gouvernement qu'il y a une « bulle de bitume » pour laquelle les Albertains sont censés en subir les conséquences.

Suncor a également signalé pour le trimestre l'amélioration de ses revenus provenant spécifiquement de ses sables bitumineux et des secteurs du raffinage. Elle a établi un record de production journalière de brut synthétisé de 312 200 barils. Sur le marché libre en ce moment, le brut synthétisé a une différence de prix moindre par rapport au pétrole intermédiaire West Texas que le brut lourd et le bitume, ce qui rend sa production une importante source de revenus pour l'entreprise.

Enfin, Suncor a augmenté de 12,6 % son rendement sur le capital utilisé (Return On Capital Employed: ROCE) pour le cinquième trimestre consécutif, une hausse de 5,5 % par rapport à la même période en 2013 et une augmentation de 1,1 % par rapport au trimestre précédent. L'indice ROCE indique pour une entreprise le rendement des investissements en capitaux dans la production, ce qui diminue avec le temps à mesure que les innovations en productivité dans un secteur donné, se répandent parmi tous les concurrents. Des prix réalisés plus élevés, quelque soit la raison, jouent un rôle de premier plan dans la lutte contre la tendance à la baisse du taux de rendement sur le capital utilisé.

Suncor n'est en aucun cas unique lorsqu'il annonce de tels résultats lucratifs pour le premier trimestre 2014. Les autres monopoles énergétiques de l'Alberta, y compris Impérial Oil, Cenovus, Nexen et ainsi de suite annoncent également dans leurs propres rapports financiers qui viennent de paraître des gains de profits.

Haut de page


Lisez Le Marxiste-Léniniste
Site web:  www.pccml.ca   Courriel: redaction@cpcml.ca