Le
                              Marxiste-Léniniste

Numéro 22 - 18 février 2014

Péninsule coréenne

La RPDC dénonce le rapport frauduleux
sur les droits humains


L’Arche de la Réunification à Pyongyang en RPDC. Les deux femmes symbolisent l’union des deux Corées.

Péninsule coréenne
La RPDC dénonce le rapport frauduleux sur les droits humains
Dialogue de haut niveau sur les affaires intercoréennes
La RPDC soumet des propositions très importantes à la Corée du sud


Péninsule coréenne

La RPDC dénonce le rapport frauduleux
sur les droits humains

Le 17 février, à Genève, le représentant de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) a émis un communiqué dénonçant le rapport frauduleux sur les droits de la personne qui a été publié le jour même par une commission d'enquête de trois membres associée au Conseil des droits de la personne des Nations unies. La RPDC y dit que le rapport n'est fondé que sur des inventions concoctées par des forces hostiles appuyées par les États-Unis, l'Union européenne et le Japon. De façon catégorique, la RPDC « rejette le rapport dans son entier ». Elle le dénonce en tant qu'« instrument d'un complot politique visant à saboter le système socialiste et à diffamer notre pays ».

La RPDC déclare que la création de cette commission et son rapport font partie des tentatives de subversion et de changement de régime fomentées contre elle sous le prétexte de la défense des droits de la personne.

La RPDC continuera de « réagir avec force et sans relâche à toute tentative de changement de régime et de pression sous couvert de 'protection des droits de la personne' », peut-on lire dans le communiqué.

La commission a été établie par le Conseil des droits de la personne des Nations unies l'an dernier à la demande de l'Union européenne, des États-Unis et du Japon suite à une résolution adoptée par consensus au forum des 47 pays membres. Son panel est composé de trois membres représentant l'Australie, l'Indonésie et la Serbie. Cette commission s'est fait interdire l'accès en RPDC et a par la suite recueilli ses « preuves » à partir de gens qui ont soit quitté la RPDC ou qui passent leur temps à la calomnier.

LML tient à souligner que les puissances qui ont mené à la mise sur pied de la commission n'ont aucune crédibilité leur permettant de porter de telles accusations contre la RPDC. Les États-Unis et l'Union européenne commettent couramment des crimes de guerre et violent les droits en ayant recours à des agressions militaires, à des invasions et à des occupations tandis que l'élite dirigeante du Japon n'attend que la révision de sa constitution pour pouvoir, elle aussi, s'engager dans ces aventures impérialistes. Les impérialistes sont passés maîtres, à l'époque moderne, dans l'art des techniques nazies du gros mensonge, fabriquant des preuves sur mesure pour justifier l'agression et la guerre et répétant ces inventions par la bouche des médias monopolisés impérialistes afin de semer le doute et de créer des prétextes pour faire la guerre.

Vers la fin de l'année dernière, une tentative majeure de sabotage et de contre-révolution a été exposée par la RPDC. H.P. Chung, du chapitre canadien du comité 6.15, a expliqué au LML le cas de Jang Song Thaek, un ancien membre de haut niveau du Parti des travailleurs de Corée et de l'Armée populaire coréenne qui a été exécuté pour haute trahison. Chung a expliqué que Jang Song Thaek travaillait avec des forces de Corée du sud pour fomenter un coup. Il a dit que ces gens de Corée du sud ont des rapports suspects avec des transfuges de la RPDC vivant actuellement en Chine. Ce sont précisément ces individus qui ont été interviewés par la commission pour fabriquer son rapport. À ce moment-là, les gouvernements de la Corée du sud, des États-Unis et du Japon ont joué la carte de la provocation en prétendant que l'exécution de Jang Song Thaek indiquait que le gouvernent de la RPDC était très instable puisqu'il y a des dissidents dans ce pays et que l'avenir de la RPDC est imprévisible. Chung a souligné :

« Ces gouvernements utilisent chaque occasion de répandre leurs points de vue anticommunistes et anti-RPDC dans le but de déstabiliser la RPDC. Les États-Unis, la Corée du sud, le Japon et d'autres espèrent - et organisent activement en ce sens - que la RPDC finira par s'effondrer et qu'ils pourront alors détruire le système de la RPDC pour le changer en un système semblable à celui de la Corée du sud et réunifier le pays sur cette base. On aurait alors une Corée réunifiée mais ce ne serait pas l'oeuvre du peuple coréen. Ce n'est pas là ce que désire le peuple coréen dans sa quête de paix. [...]

« Je crois que plutôt que d'émettre des commentaires irresponsables et hostiles envers la RPDC, les gouvernements des États-Unis et de la Corée du sud devraient faire preuve de maturité et entreprendre une politique de paix envers la RPDC. Les États-Unis doivent signer un traité de paix avec la RPDC. C'est là une demande du peuple coréen. La Corée du sud doit adopter la voie de la réconciliation et faire preuve de bonne volonté envers ses compatriotes de la Corée du Nord dans l'esprit de la Déclaration conjointe Nord-Sud du 15 juin 2000 et de l'entente du 4 octobre 2007. Ce serait un pas dans la bonne direction pour normaliser les relations diplomatiques et commerciales entre les États-Unis et la RPDC comme avec le Canada et d'autres pays. Tout cela serait très positif, » a-t-il conclu.

Ce soi-disant rapport sur les droits humains est une nouvelle tentative d'inciter les passions en faveur d'un changement de régime en RPDC. Par exemple, on y accuse la RPDC de « contrôler la population » par le biais de l'alimentation et d'imposer la « famine » dans le but de punir des prisonniers politiques et de droit. Il n'y a aucune mention du blocus imposé à la RPDC par les États-Unis depuis les six dernières décennies qui a eu de sérieuses répercussions sur la possibilité d'établir des relations normales avec d'autres pays, y compris la possibilité de répondre aux besoins alimentaires et autres du peuple par le biais d'échanges commerciaux. En réalité, ce sont les États-Unis qui depuis longtemps privent la RPDC de biens et de services, en violation d'ententes signées, dans le but d'exercer de la pression, de consolider leur contrôle et de s'ingérer dans les affaires internes et dans le système politique de la RPDC, tout cela en violation du droit international. Aussi la RPDC est-elle forcée de consacrer une part considérable de son économie à la défense du pays devant les tentatives constantes des États-Unis de l'éliminer afin de prendre le contrôle de la péninsule et d'établir une base solide en Asie.

LML en appelle à tous de se méfier des accusations au sujet des droits de la personne portées par les impérialistes et leurs laquais et de prendre le temps de s'informer sur ce qui se passe en RPDC dans les pages du LML ou par le biais des agences de nouvelles de la RPDC et d'autres sources favorables à la paix et à la justice. Le mouvement pour la réunification pacifique et indépendante de la Corée mérite d'être appuyé. Les droits humains ne peuvent être défendus que sur une base de principe et conformément aux lois et aux normes internationales, et non sur une base arbitraire par laquelle on cherche à promouvoir des objectifs étroits et intéressés.

Haut de page


Dialogue de haut niveau sur les
affaires intercoréennes

Le 12 février, la Corée du sud et la République populaire démocratique de Corée (RPDC) ont tenu un dialogue entre des responsables de haut rang à la Maison de la paix sur le côté sud-coréen du village frontalier de Panmunjom. Une deuxième ronde de réunions a eu lieu le 14 février. Les deux rondes de pourparlers de haut niveau ont été les premiers pourparlers à se tenir depuis mai 2007. Les pourparlers ont repris sur l'initiative de la RPDC.

Les réunions se sont tenues pour discuter des affaires intercoréennes dans leur ensemble, sans ordre du jour précis préétabli. On s'attendait cependant à ce que la réunion concrétise la reprise des visites de familles séparées par la division de la Corée.

Les deux parties ont confirmé leur volonté d'ouvrir une nouvelle phase en vue de l'unité nationale, la paix, la prospérité et la réunification indépendante par l'amélioration des relations intercoréennes. Ils ont discuté sincèrement de diverses questions qui concernent les parties nord et sud de la péninsule coréenne et publié un communiqué de presse le 14 février qui est affiché ci-dessous.


Won Tong Yon (à gauche) le chef de la délégation de haut niveau de la RPDC serre la main à son homologue sud-coréen Kim Kyou-hyun, le 14 février 2014, au village frontalier de Panmunjom en Corée du sud. (Xinhua)

Communiqué de presse conjoint

Le Nord et le Sud ont tenu une rencontre de haut niveau à Panmunjom les 12 et 14 février 2014 et en sont venus au consensus suivant :

Le Nord et le Sud ont convenu de tenir la réunion des familles séparées et de leurs proches telle que prévue [du 20 au 25 février à la station du mont Kumgang en RPDC].

Le Nord et le Sud ont convenu de s'abstenir de se calomnier l'un l'autre afin de promouvoir la compréhension mutuelle et la confiance.

Le Nord et le Sud ont convenu de poursuivre l'examen des questions d'intérêt commun et de faire des efforts positifs pour développer les relations intercoréennes.

Le Nord et le Sud ont convenu de tenir une rencontre de haut niveau à une date convenant aux deux parties.


Familles séparées par la division de la Corée à cause de la guerre de Corée réunies à la station Mont Kumgang en Corée du Nord, 1er novembre 2010. (KCNA)

( Xinhua , KCNA )

Haut de page


La RPDC soumet des propositions
très importantes à la Corée du sud


Sin Son-Ho, le représentant permanent de la RPDC aux Nations unies, New York le 24 janvier 2014 

Le 16 janvier, la Commission de défense nationale (CDN) de la RPDC a présenté plusieurs propositions aux autorités sud-coréennes. Le 24 janvier, son excellence Sin Son Ho, l'ambassadeur et le représentant permanent de la RPDC aux Nations unies, également ambassadeur pour le Canada, a donné un point de presse à New York pour présenter ces propositions de paix et de réconciliation plus en détail.

L'ambassadeur Sin a cité le discours du Nouvel An de Kim Jong Un, le dirigeant de la RPDC et également président de sa Commission de défense nationale, au sujet du besoin urgent d'améliorer les relations entre la RPDC et la Corée du sud (la République de Corée). Il a détaillé les propositions pratiques faites par la CDN pour améliorer les relations nord-sud sur une base nouvelle à partir de la fin janvier, juste avant le début de la Nouvelle année lunaire.

Il a d'abord rappelé le 10e anniversaire de la signature de l'« Accord du 4 Juin » entre le nord et le sud qui propose entre autres que les deux parties conviennent d'un commun accord d'arrêter « toute forme de calomnie et de guerre psychologique dans l'esprit de l'historique Déclaration conjointe du 15 juin » 2000. Dans sa proposition la CDN notait que si le sud respecte cette entente elle n'aurait aucune objection à améliorer les relations nord-sud et à encourager un climat de réconciliation sur la péninsule coréenne, ce à quoi aspire le peuple coréen.

Le deuxième point de la proposition de la CDN est que les deux parties cessent tous les actes militaires hostiles l'une envers l'autre afin de garantir la paix et la sécurité sur la péninsule. L'ambassadeur a fait remarquer que dans les conditions actuelles le moindre affrontement, aussi mineur soit-il, peut provoquer une guerre généralisée sur la péninsule et donner un prétexte aux grandes puissances de venir « pêcher en eaux troubles » et d'infliger « une destruction inimaginable aux Coréens ».

La CDN appelle donc à une cessation immédiate de tous les actes militaires et hostiles menés en collusion avec des forces extérieures contre des patriotes coréens.

L'ambassadeur Sin a communiqué la demande de la CDN que les autorités sud-coréennes annulent les exercices militaires conjoints Key Resolve et Foal Eagle débutant à la fin février, notant que si ces activités militaires conjointes sont des expressions de « coordination » et de « coopération » avec les États-Unis, alors elles devraient se tenir loin du territoire coréen. La CDN rappelle que la RPDC ne coopérera jamais avec des forces extérieures qui agissent contre les intérêts du peuple coréen et son désir de vivre dans la paix et la sécurité et appelle les autorités sud-coréennes à cesser les provocations militaires contre la RPDC. Elle affirme que la RPDC donnera l'exemple en s'engageant à ne pas commettre d'acte d'agression contre le sud.

Troisièmement, la CDN soutient que ce serait dans l'intérêt du peuple coréen qu'il y ait dénucléarisation de la péninsule coréenne. Cependant, tant que les États-Unis feront peser une menace nucléaire contre la RPDC pour faire chanter tout le peuple coréen, celle-ci développera sa capacité de défense nucléaire pour être en mesure de contrer la pression des impérialistes américains et créer un environnement stable et sécuritaire pour pouvoir poursuivre la construction économique et l'édification nationale chez elle, l'une étant la condition de l'autre.

« Notre capacité nucléaire est un moyen de dissuasion face à la menace nucléaire des États-Unis. Elle ne sera jamais un moyen de faire chanter nos compatriotes ou de leur faire du tort. Nous proposons poliment à la partie sud de ne pas commettre l'acte téméraire d'amener en Corée du sud ou dans la région les dangereux instruments de frappes nucléaires des États-Unis », a dit l'ambassadeur Sin.

La CDN fait remarquer que la RPDC ne se réconciliera jamais avec la notion qu'il est acceptable de placer en territoire coréen ou dans les alentours des armes nucléaires amenées de l'étranger, qui menacent la sécurité de tous les Coréens, alors qu'il n'est pas acceptable que la RPDC se dote d'armes nucléaires comme moyen de se protéger et de protéger la péninsule coréenne.

Il fut également souligné que les relations intercoréennes jouent un rôle important dans la région de l'Asie-Pacifique et que des rapports de paix sont garants de la paix, de la sécurité et de la stabilité sur la péninsule coréenne et dans toute la région. Cela créerait les conditions pour un avenir prospère pour le peuple coréen, a ajouté l'ambassadeur.

L'ambassadeur Sin a noté que l'intention de la RPDC n'est pas de faire des pressions sur les autorités sud-coréennes mais de la convier à « prendre nos propositions au sérieux et à faire preuve de sincérité dans l'amélioration des relations nord-sud ». Nous sommes d'avis que la communauté internationale ne doit plus permettre aux États-Unis et à la Corée du sud de se livrer à de dangereux exercices militaires conjoints sur la péninsule coréenne. Nous rappelons encore une fois qu'un incident même mineur ou un accident peut immédiatement s'escalader en une guerre. Telle est la dure réalité sur la péninsule coréenne. »

Faisant spécifiquement référence aux exercices militaires conjoints des États-Unis et de la Corée du sud, la CDN fait remarquer que toute la désinformation faite par les États-Unis et la Corée du sud sert à justifier la guerre et l'agression sur la péninsule en blâmant la RPDC pour l'impasse dans les relations intercoréennes. C'est le contraire qui est vrai.

« Les exercices militaires conjoints annuels Key Resolve et Foal Eagle, de par leur nature et leur ampleur, sont indéniablement des préparatifs d'invasion de la RPDC et de guerre nucléaire contre elle, surtout quand on considère la grande présence d'armes de destruction massives de toutes sortes, y compris les armes nucléaires et les appareils militaires les plus sophistiqués de l'armée, de la marine et des forces de l'air des États-Unis en Corée du sud », note la CDN. Elle ajoute que les États-Unis et la Corée du sud devront assumer le verdict du peuple coréen et de la communauté internationale qui désire vivre en paix et que la RPDC défendra la paix et la sécurité sur la péninsule avec conséquence.

L'ambassadeur Sin a conclu en disant que la RPDC a mis de l'avant plusieurs propositions pratiques pour remplacer l'Accord d'armistice par un traité de paix permanent. « Les propositions actuelles de la Commission de la défense nationale s'inscrivent dans un effort sincère de la RPDC pour empêcher la guerre et défendre la sécurité et la paix pour toute la nation coréenne. »

« Si les autorités sud-coréennes veulent sincèrement la paix et la sécurité sur la péninsule, elles doivent prendre nos propositions de principe au sérieux et y répondre positivement par des actions pratiques », a dit l'ambassadeur Sin. Il a demandé aux personnes présentes à la conférence de presse de « vous acquitter de votre noble devoir de journaliste de représenter la voix de l'humanité contre la guerre et l'agression et le désir de l'humanité éprise de paix et de justice de voir une amélioration des rapports intercoréens et l'établissement de la paix et de la sécurité sur la péninsule coréenne. »

(Sources : Agence KCNA, U.S.-Korea Mutual Defence Treaty, Mission permanente de la RPDC à l'ONU)

Haut de page


Lisez Le Marxiste-Léniniste
Site web:  www.pccml.ca   Courriel: redaction@cpcml.ca