Le
                              Marxiste-Léniniste

Numéro 124 - 30 novembre 2012

Vol légalisé des pensions des travailleurs de White Birch

Le gouvernement doit forcer White Birch
à verser l'argent aux retraités


Manifestation à Québec pour exiger la réouverture de l'usine de White Birch à Québec, le 3 janvier 2012

Vol légalisé des pensions des travailleurs de White Birch
Le gouvernement doit forcer White Birch à verser l'argent aux retraités - Pierre Chénier
Réflexion sur White Birch et les régimes de retraite: un peu d'histoire - Gilles Bédard, président du Regroupement des employés retraités White Birch-Stadacona

Entente de principe à Postes Canada
Non à l'intervention des directeurs de Postes Canada dans le processus de ratification


Vol légalisé des pensions des travailleurs de White Birch

Le gouvernement doit forcer White Birch
à verser l'argent aux retraités

En début de semaine, les retraités de la papetière White Birch au Québec ont reçu un avis à l'effet que leur montant de retraite était coupé drastiquement dès le 1er décembre, bien au-delà de la coupure qui leur a déjà été imposée par les ententes signées cet été pour permettre à White Birch d'émerger de la protection de la faillite. Les retraités ayant travaillé à l'usine de Québec, qui, selon ces ententes, étaient censés perdre 30 % de leurs montants de pensions, perdent environ 47 % dès le 1er décembre. Quant aux retraités des usines de White Birch à Gatineau et Rivière-du-Loup, qui étaient censés perdre 10 % de leurs prestations de pensions, ils voient leur pension immédiatement amputée de 50 %.

Au total, ce sont environ 1000 retraités syndiqués qui perdent de forts montants au-delà même de la coupure prévue, ce qui les place dans une situation tout à fait précaire du point de vue monétaire et du point de vue santé. Certains d'entre eux, âgés de plus de 75 ans, ne perçoivent que 5000 $ de rentes par année et subiront une diminution de moitié. C'est inconcevable qu'on en arrive là dans la descente aux enfers des retraités qui ne semble pas avoir de fin.

Les retraités de l'usine de Québec ont tenu un point de presse le 29 novembre pour dénoncer la situation qui leur est faite et en particulier le fait que toutes ces choses peuvent se produire sans qu'ils aient un mot à y dire. LML appuie résolument les retraités et dénonce avec véhémence les infamies qui leur sont faites. Il y a urgence et préjudice irréparable qui sont faits aux retraités et le gouvernement doit immédiatement agir, que ce soit en obtenant une injonction ou par quelque autre moyen, pour que les montants qui devraient être versés le soient immédiatement.

White Birch doit verser les montants pour que les retraités ne s'enfoncent pas encore plus dans la pauvreté. La papetière a signé une entente cet été avec les syndicats et le gouvernement du Québec lui permettant d'émerger de la protection de la faillite en se vendant ses usines à elle-même sous la forme du consortium d'investissement Black Diamond White Birch. Quand on parle ici d'entente, il faut saisir que c'est avec le couteau sur la gorge que les travailleurs l'ont acceptée parce qu'elle contenait des concessions contre lesquelles ils se sont battus pendant deux ans, soit depuis que White Birch s'est placé sous la loi de la protection de la faillite. Dans le cas de l'usine de Québec, White Birch l'a même fermée au début de 2012 pour exercer encore plus de pression pour extorquer des concessions aux travailleurs. L'usine a été rouverte en août suite à la conclusion de l'entente, mais ne fonctionne pas à plein régime.

La principale concession qui était demandée était la terminaison des fonds de pension à prestations déterminées. Finalement, l'entente entre White Birch, les syndicats locaux qui sont tous membres du Syndicat des communications, de l'énergie et du papier (SCEP), le SCEP-Québec lui-même et le gouvernement a été conclue à l'été 2012. Elle comprend la terminaison des fonds de pensions à prestations déterminées sans combler leur déficit et leur remplacement par un fonds de pension dit compensatoire à cible. Le gouvernement a approuvé cette entente dont les détails n'ont jamais été entièrement révélés mais il est admis qu'elle comprend un montant de 35 millions $ qui doit être versé par le consortium Black Diamond White Birch dans le nouveau régime de retraite pour services passés.

C'est donc dire que ce montant doit servir à combler le fossé qui existe entre le montant qui est versé aux retraités en vertu du niveau de capitalisation du fonds de pension maintenant terminé (ce qu'il y a dans le fonds au moment où on le ferme) et le montant que l'entente leur promet. Dans le cas des travailleurs de l'usine de Québec par exemple, l'entente dit qu'ils perdront 30 % de leurs pensions, donc ils devraient toucher 70 % de la pension qu'ils avaient négociée quand ils ont pris leur retraite ; le 35 millions $ devait servir à combler le fossé entre ce qu'ils touchent en vertu de ce qu'il y a dans le fonds qu'on vient de fermer et ce qui leur manque pour atteindre le 70 % prévu par l'entente.

À noter que le gouvernement du Québec a approuvé cette entente que certains ont prétendu unique et un précédent au Québec, et s'est engagé auprès des retraités en disant que le montant de 35 millions $ était garanti.

En plus, le gouvernement du Québec avait consenti un prêt de 35 millions $ pour la relance de l'usine Stadacona en échange d'un investissement de 46 millions $ par White Birch pour moderniser l'usine et développer des nouveaux créneaux de produits.

Le nouveau fonds de pension n'a toujours pas encore été créé, le montant de 35 millions $ est donc encore entre les mains de White Birch et celui-ci ne se reconnaît aucune responsabilité dans la situation désastreuse des retraités qui se font maintenant couper des montants encore plus énormes dans leurs chèques de pensions. Le gouvernement a déposé un projet de loi aujourd'hui (vendredi 30 novembre) pour créer ce nouveau régime de pensions qui n'existe pas encore et faire adopter la loi avant les fêtes avec l'appui de l'opposition. Mais la ministre du Travail Agnès Maltais affirme ne pouvoir rien faire pour forcer la main à White Birch pour débloquer les fonds. Elle dit que la loi donnera un cadre au syndicat et au consortium pour les amener à négocier les termes du nouveau régime, mais cela peut traîner pendant longtemps, certains disent des années peut-être.

C'est inacceptable et cela doit être corrigé tout de suite. Quand il s'agit d'attaquer les travailleurs les gouvernements et les tribunaux ont toute l'imagination voulue pour trouver la façon de le faire en un rien de temps par des injonctions ou lois spéciales.

Tous les travailleurs doivent demander que le gouvernement prenne ses responsabilités et force White Birch à débloquer les fonds pour les retraités et trouve la façon immédiatement de les rendre disponibles aux retraités. Cette affaire nous montre aussi encore une fois que lorsqu'on met le doigt dans l'engrenage du vol légalisé des pensions, c'est tout le corps qui y passe. Les pensions doivent être protégées et garanties pour tous les travailleurs comme un droit auquel on ne peut pas déroger sous aucun prétexte. Il ne peut pas y avoir de société faite pour l'être humain qui ne reconnaît pas et ne garantit pas le droit de tous à une pleine pension.

Haut de page


Réflexion sur White Birch et les régimes de retraite

Un peu d'histoire


Gilles Bédard, président du
Regroupement des employés
retraités de White Birch-Stadacona
(Le Maître Papier)

Le déroulement actuel des évènements incite le Regroupement des employés retraités White Birch-Stadacona (RERWBS) à se poser de nombreuses questions et à soumettre ses réflexions.

Après 76 ans d'opération, ayant traversé un seul conflit de travail digne de ce nom en 1975 (14 semaines), l'usine de Québec a été un élément économique marquant dans l'histoire de la Ville de Québec. Ce long périple a été franchi grâce à de nombreuses étapes de modernisation et à l'implication de ses dirigeants et travailleurs.

Citons seulement la réfection des machines à papier dans les années 80 et 90, la construction de l'usine de pâte chimio-thermomécanique dans les années 87 et 88, la construction de l'usine de désencrage en 1992, qui n'en sont que quelques unes. Nous avions des gestionnaires qui avaient à coeur leur usine.

Toutes ces transformations n'en font pas une usine neuve. Elles en font par contre une des usines qui, par sa diversification et ses équipements, est une des meilleures au Québec sinon au Canada. Cette « vieille » usine, comme certains la nomment, construite pour produire 900 tonnes de papier journal par jour, a atteint une production avoisinant les 1500 tonnes de papier par jour sans compter les 125 tonnes de carton, pour une production globale de 550 000 tonnes.

De plus, des produits de valeur supérieure au papier journal tels le papier annuaire, le papier haute brillance et le papier « high bulk » pour plus de 100 000 tonnes font partie de cette production annuelle de 550 000 tonnes.

Précisons que la qualité de ses produits n'a d'égal que la qualité de ses travailleurs.

La venue de Peter Brant

L'acquisition de l'usine, au coût de 205 millions $, par l'homme d'affaire américain Peter Brant en novembre 2003 a changé le cours de l'histoire. Les quelques 1100 travailleurs connaîtront à partir de ce moment un revirement de situation drastique.

Dès 2004, c'est l'annonce de coupures progressive dans la main-d'oeuvre. Ces coupures ont eu pour effet de réduire le personnel de moitié, sous prétexte de diminuer les coûts de main-d'oeuvre.

Parlons chiffres

Regardons la situation financière de l'usine depuis l'acquisition de l'usine de Québec par Peter Brant en novembre 2003.

Voici ce qu'elle est devenue en l'espace de 6 ans.

D'une usine qui a toujours su tirer son épingle du jeu et être avantageusement reconnue pour la qualité de ses produits, Papiers White Birch s'est, le 24 février 2010 placée sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) avec une dette de 650 millions $. Quatre mois plus tard, on nous parlait de 950 millions $ de dettes.

Peut-on nous blâmer de nous poser des questions ?

Est-ce que la manoeuvre de réduire les équipes des départements d'entretien, composées de travailleurs dévoués et expérimentés, et de les remplacer par des sous-contractants en quantité jamais vu à cette usine a été efficace ?

Est-ce que la manoeuvre de réduire la quantité des travailleurs nécessaires pour une opération efficace et forcer ceux qui demeurent en place à travailler à bout de souffle de 50 à 60 heures par semaine a été efficace ?

Est-ce que de réduire de plus de 500 le nombre de cotisants au régime de retraite tout en augmentant le nombre de prestataires, devançant l'âge de la retraite pour plus de 200 travailleurs en attribuant des préretraites accompagnées de primes de départ et autres avantages a été efficace ? Cela peut-il au contraire avoir contribué à créer un débalancement majeur dans les fonds régimes de retraite ?

Une chose est certaine, personne ne peut nous faire croire que ces décisions ont aidé l'usine à prospérer.

Des faits nébuleux

Le contrôleur déclare tenir ses chiffres de White Birch. Un haut dirigeant de la compagnie affirme détenir ses informations financières du Connecticut. Il ne peut répondre à des questions aussi simples que : combien y a-t-il de machines à papier à l'usine de Québec ? Il ne sait pas non plus le détail de ce qui s'y produit.

Autre précision intéressante : le propriétaire (White Birch) qui, selon des informations dignes de foi, se paie des frais de gestion généreux, a vu durant cette période grimper sa fortune à plus de 2,4 milliards $ et son principal créancier (Black Diamond) qui encaisse des intérêts tout aussi généreux sur son prêt de 475 millions $ forment le consortium des « nouveaux » acquéreurs.

Qu'advient-il des économies des travailleurs ?

À travers tout ce parcours, les travailleurs ont placé une grande partie de leurs économies ainsi que toute leur confiance dans ce véhicule que sont les régimes de retraite. Ils ont économisé pour leurs vieux jours. Ils se sont toujours crus à l'abri de tout problème avec leur régime de retraite. Ils ont contribué par leurs cotisations telles qu'établies par négociations entre les parties, ils ont sacrifié en plusieurs occasions une partie des augmentations de salaire pour améliorer ces régimes. Pour en assurer la pérennité, l'adhésion au régime de retraite est devenue obligatoire pour les nouveaux employés. Ils ont signé un contrat à vie avec leur employeur. Ce contrat doit être respecté.

Conclusion

Au Canada, on constate que plus de 60 % des travailleurs n'ont aucun régime de retraite, tout le monde trouve déplorable que les gouvernements doivent prendre charge de ces personnes lorsqu'elles cessent de travailler. La majorité de ces personnes n'a pas eu la chance de faire des économies, souvent faute d'emplois assez rémunérateurs pour le faire. Les gouvernements cherchent tous les moyens possibles pour remédier à cette situation. Il faut trouver des solutions. Les grands penseurs de notre société sont à l'oeuvre. Il faut améliorer la RRQ, il faut améliorer la PSV et, nous n'avons rien contre ces projets de société.

Il est dommage par contre de constater que tous ces grands penseurs n'aient pas encore pensé à protéger ceux qui, souvent à coup de grands efforts, ont fait des économies pour leurs vieux jours. Profitant de la situation économique que nous traversons présentement, une mode s'est installée : les régimes de retraite vont ruiner la société, on doit y mettre fin à tout prix. Tout le monde s'y met, les grandes sociétés, les industries, les gouvernements, tous ont trouvé un point de frappe commun, l'élimination des régimes de retraite. Comme si le contrat entériné par les parties et reconduit année après année n'existait pas.

Nous sommes conscients qu'il y a des problèmes, des changements doivent être apportés pour le futur. Doit-on pour cela détruire, en leur arrachant dignité et économies, cette minorité de travailleurs qui ont, dans leurs préoccupations sociales, préparé leur après-carrière ? Nous ne croyons pas que ce soit agir en personnes civilisées que d'agir de la sorte.

Les gouvernements doivent s'impliquer, les lois doivent être modifiées, les parties doivent se parler, les économies de cette minorité de travailleurs doivent être protégées, les tractations des entreprises peu scrupuleuses doivent être neutralisées.

(Paru le 21 décembre 2011 dans Le Maître papetier)

Haut de page


Vote sur l'entente de principe à Postes Canada

Non à l'intervention des directeurs de Postes Canada dans le processus de ratification

Sans aucun scrupule, la direction de Postes Canada se sert de son contrôle de la publication des états de compte de la société pour presser les travailleurs des postes à voter en faveur d'une convention collective de type néolibéral, bourrée de concessions forcées. En effet, dans son rapport du troisième trimestre elle déclare que « la non- ratification risque d'aggraver les défis importants que doit relever Postes Canada et de rendre trop coûteux certains aspects des ententes de principe ».

Les directeurs se sont servis des résultats financiers du troisième trimestre pour se lancer dans une critique virulente contre les travailleurs des postes et leurs réclamations légitimes à la valeur qu'ils produisent. Ils se sont également servis de l'occasion pour brosser un tableau décidément sombre de l'avenir de Postes Canada en tant qu'entreprise publique viable si ses employés ne renoncent pas à leurs droits en tant que vrais producteurs, s'ils ne renoncent pas à l'affirmation de leurs droits et du droit des résidents du Canada à un service postal public national et s'ils ne votent pas en faveur de la convention collective proposée qui accélère le retour aux conditions d'avant la Deuxième Guerre mondiale et le démembrement et la privatisation de Postes Canada.

L'exécutif du Syndicat des travailleurs et travailleuses des Poste (STTP) a tout à fait le droit de suspendre immédiatement le vote sur l'entente néolibérale proposée et de mettre tout le monde sur un pied de combat pour dénoncer les directeurs de la société pour abus de privilège, pour exiger le retrait du rapport du troisième trimestre et demander qu'un autre soit rédigé qui ne s'immisce pas dans les affaires des travailleurs.

L'orientation néolibérale actuelle de Postes Canada, qui consiste à remettre un service public à des intérêts privés et à utiliser les développements technologiques pour attaquer les droits de la classe ouvrière, est un sujet de préoccupation pour tous les citoyens du Canada. Ces derniers veulent que les développements technologiques servent l'intérêt public et l'intérêt général de la société. Ils n'acceptent pas qu'ils servent à abuser des travailleurs et à enrichir des investisseurs privés qui font partie de l'oligarchie financière internationale.

Postes Canada n'a jamais été un fardeau pour le trésor public et ne le sera jamais si elle refuse de se lancer dans cette offensive néolibérale contre la classe ouvrière et si elle refuse de remettre les composantes les plus profitables du service à des intérêts privés. Le rapport du troisième trimestre ne présente pas la situation de Postes Canada de manière à ce que les travailleurs et l'ensemble des citoyens du Canada puissent discuter des moyens à prendre pour améliorer le service public, mais de manière à attaquer ses employés, à justifier le démembrement de la société et la privatisation des composantes les plus profitables.

Le Canada a besoin d'une nouvelle direction pour l'économie, pas des appels à des mesures d'austérité et d'une offensive contre les droits de la classe ouvrière. Au lieu de se livrer à la destruction nationale, d'attaquer les travailleurs et de remettre des avoirs publics à des intérêts privés, les directeurs de la société devraient engager la discussion sur les moyens d'insuffler une nouvelle direction au service postal :

- une expansion des services pour garantir une livraison du courrier en un ou deux jours pour tous les résidents et toutes les entreprises du Canada ;

- fixer comme objectif de livrer tous les courriers en un jour, possiblement avec sa propre flotte d'avions pour passagers et marchandise dans tous les aéroports du Canada et un service ferroviaire de haute vitesse (pour passagers, courrier et paquets) vers les grands centres de toutes les régions du pays ;

- de meilleurs services de publicité pour toutes les entreprises, y compris sa propre division de conception, production et relations publiques ;

- des comptoirs postaux dans toutes les communautés, pouvant inclure des services bancaires et d'assurance offerts par l'entreprise publique ;

- une gamme complète de services informatiques et de commerce électronique avec son propre centre national de distribution et d'achat par Internet pour les marchandises nouvelles et usagées.

Le rapport du troisième trimestre est carrément une atteinte à la dignité des travailleurs des postes, la valeur qu'ils produisent et l'avenir de Postes Canada. Contrairement aux balivernes des directeurs de la société, le facteur humain est ce qui permettra de faire progresser l'entreprise publique au XXIe siècle, c'est-à-dire si les droits des travailleurs sont reconnus et que leur dignité en tant que producteurs de la valeur postale est défendue. Un avenir viable et solide au service de la population et de l'économie est possible si l'on offre aux vrais producteurs des conditions de travail de standard canadien qui leur conviennent, plutôt que de bloquer et de retenir le facteur humain dans la construction de l'entreprise publique.

Un premier pas serait de suspendre le vote sur l'entente de concessions et de dénoncer publiquement les directeurs de Postes Canada, d'exiger qu'ils refassent le rapport du troisième trimestre sans y introduire des attaques contre les travailleurs et qu'ils cessent de se servir de leur position de privilège pour faire pression sur les travailleurs et intervenir contre leur droit de se faire une idée eux-mêmes.

À cet égard il est inadmissible que les directeurs ramènent à la face des travailleurs le soi-disant « déficit de solvabilité » du régime de retraite et les accusent même de détruire le régime s'ils ne votent pas en faveur de l'entente de principe. Honte à ceux qui agissent ainsi !

Les travailleurs et travailleuses des postes sont depuis longtemps aux premiers rangs de la résistance à la destruction nationale et à l'offensive contre les institutions publiques et la classe ouvrière. Beaucoup les voient comme un espoir pour faire échec à l'offensive néolibérale de l'oligarchie financière. Assurons-nous que cet espoir ne soit pas déçu en commençant par suspendre le vote à cause de la grossière ingérence de la direction et par profiter de l'occasion pour approfondir la discussion et la campagne pour voter contre cette convention bourrée de concessions néolibérales.

Haut de page


Lisez Le Marxiste-Léniniste
Site web:  www.pccml.ca   Courriel: redaction@cpcml.ca