Le
                              Marxiste-Léniniste

Numéro 121 - 23 novembre 2012

Obtention d'un cessez-le-feu

Vive la résistance palestinienne!

Québec
Manifestation de solidarité avec Gaza
Dimanche le 25 novembre - 13 h
Départ devant l'Assemblée nationale du Québec
Information: Facebook
Organisée par: Résistance citoyenne
Cliquer ici pour les actions prévues ailleurs au Canada

Obtention d'un cessez-le-feu
Vive la résistance palestinienne!
Les drones d'Obama et Netanyahu ont échoué à réaliser les objectifs de l'occupant sioniste
L'opération «pilier de défense» n'apporte à Israël rien d'autre que la disgrâce et la condamnation internationale - Nathan J. Freeman
Le texte de l'accord de cessez-le-feu entre Israël et Gaza
Conférence de presse conjointe du Hamas et du Djihad islamique
Les crimes de guerre d'Israël sont condamnés partout dans le monde


Obtention d'un cessez-le-feu

Vive la résistance palestinienne!


Célébrations à Gaza le 21 novembre 2012

Les occupants sionistes de la Palestine ont été forcés d'accepter un cessez-le-feu qui stipule qu'Israël doit « cesser toute action agressive à Gaza, que ce soit par mer, par terre ou par les airs, y compris toute incursion et tout assassinat ciblé » et s'engage à ce que « les points de passage soient ouverts et la circulation des biens et personnes soient facilités, sans restreindre les déplacements des habitants ni les prendre pour cible près des zones frontalières ».

L'accord est une victoire importante pour la résistance palestinienne et la deuxième grande défaite des sionistes depuis qu'ils ont envahi le Liban en 2006 pour en être aussitôt chassés.

L'humanité entière est témoin de la défaite de l'agression sioniste contre Gaza. L'aura d'invincibilité des agresseurs a été solidement ébranlé quand des roquettes palestiniennes ont atteint Tel Aviv et Jérusalem, signe de ce qui viendra s'ils persistent à refuser de reconnaître les droits des Palestiniens et de conclure une entente politique négociée. Le libellé du cessez-le-feu est objectif et vérifiable, notamment en ce qui concerne la levée du blocus de Gaza. Le monde entier, la résistance palestinienne en premier, tiendra les occupants sionistes responsables du respect du cessez-le-feu et de la levée du blocus et de toute poursuite de l'agression inhumaine contre les Palestiniens.

Les peuples du monde saluent la résistance héroïque du peuple palestinien et sa détermination à redresser les torts qui lui ont été infligés par l'impérialisme. Sa résistance édifie les peuples du monde qui affrontent l'arrogance, l'ingérence et les assauts meurtriers de l'impérialisme américain et de ses vassaux. Le cessez-le-feu signale la défaite de la doctrine de la guerre par les drones et les assassinats politiques de Barack Obama et la doctrine de « choc et effroi » de George W. Bush. Il frustre les espoirs de ceux qui croient que ces méthodes de guerre déshumanisantes peuvent venir à bout de la résistance des peuples et les forcer à se soumettre à l'agression et au pouvoir impérialistes.

Cette victoire encourage les Palestiniens partout dans le monde qui réclament leur droit inaliénable de retourner dans leur patrie et dans leurs foyers d'où les ont chassés les impérialistes anglo-américains depuis 1948. L'injustice de la Nakba, la grande catastrophe de 1948, et des crimes commis depuis par l'occupant sioniste et ses appuis et financiers anglo-américains doit être corrigée par la réalisation du droit de retour des Palestiniens et de leurs descendants.

Les attaques barbares et les tactiques de génocide des occupants sionistes ont prouvé qu'ils ne sont pas aptes à gouverner et qu'ils n'ont aucune intention de trouver une solution politique au droit de retour des Palestiniens. Ils doivent être tenus responsables pour leurs crimes de guerre. Le désir de toutes les personnes progressistes et éprises de paix dans le monde est de voir se réaliser le droit de retour des Palestiniens dans un État palestinien qui reconnaît les droits de tous ses résidents sans égard aux différences de croyances et coutumes.

La victoire contre ce nouveau crime de guerre des sionistes a pour effet d'isoler d'avantage l'occupant, ceux qui concilient avec lui et ses appuis impérialistes anglo-américains. Le cessez-le-feu prouve que le vent tourne contre le refus de garantir les droits des Palestiniens et que la résistance est la seule voie pour défendre les droits de tous et ouvrir la voie à la paix, la sécurité et la justice.



Des résidents de Gaza célèbrent le cessez-le-feu, 21 novembre 2012

Haut de page


Les drones d'Obama et Netanyahu ont échoué à réaliser les objectifs de l'occupant sioniste


Manifestation contre l'offensive d'Israël à Gaza, dans le centre-ville de Tel Aviv, le 17 novembre 2012 (Activestills)

Israël devait concéder un cessez-le-feu. Les tirs de la résistance palestinienne ont atteint Tel Aviv et les colonies de peuplement sioniste près de Jérusalem et montré au monde entier que l'occupant n'avait pas d'autre choix que de conclure un accord s'il veut établir un nouvel équilibre. Le refus du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de reconnaître les droits des Palestiniens et son obsession à vouloir les éliminer de la surface de la terre se sont frappés à un mur, malgré tous les crimes de guerre commis par l'armée israélienne.

La résistance palestinienne a tenu bon encore une fois face à la prétendue invincibilité militaire de l'agresseur et face à la doctrine Obama qui consiste à commettre des assassinats ciblés par drones. En frappant loin à l'intérieur des territoires occupés, la résistance a fait en sorte qu'il n'était plus possible pour Netanyahu et son gouvernement d'agresseurs zélés de prétendre appuyer les citoyens qui « se défendent » dans les zones frontalières. Le cessez-le-feu représente une défaite pour Netanyahu et Obama qui s'étaient donné pour objectif d'éliminer le Hamas, comme si cela aurait éliminé du coup le droit de retour des Palestiniens et leur résistance.

Par une résistance héroïque, les Palestiniens ont exposé la fausseté de la prétention de défense légitime des sionistes comme façon de masquer leurs crimes de guerre contre les Palestiniens. La prétention de défense légitime était l'excuse servant à justifier le massacre de citoyens sans défense et le refus obstiné de reconnaître le droit des Palestiniens d'être Palestiniens dans leur patrie.

Le subterfuge de Netanyahu et Obama à propos de la défense légitime ne permet même pas à ceux qui sont attaqués de chercher refuge à l'étranger, comme le font des millions de réfugiés de guerre dans le monde depuis que les citoyens sont la cible d'agressions fascistes, sans discernement pour les civils, menées pour avancer des ambitions impérialistes. La population de Gaza, formée en majorité de réfugiés de la Palestine occupée depuis la Nakba, est forcée de vivre captive sur une tout petite bande de terre, cible facile de frappes aériennes. Quel courage cela demande-t-il aux agresseurs sionistes que de vaincre et tuer des Palestiniens dans ces conditions? Comment peut-on appeler cela des actes de légitime défense? Ne s'agirait-il pas plutôt de crimes de guerre graves pour lesquelles les agresseurs sionistes doivent rendre des comptes?

Ces crimes de guerre n'ont pas réussi à étouffer l'esprit de résistance des Palestiniens; ces derniers sont plus résolus que jamais à défendre leurs droits et le cessez-le-feu représente un pas dans cette direction. La population de Gaza et les peuples de l'Asie occidentale et du Nord de l'Afrique se disent: « Si les sionistes ne sont pas parvenus à vaincre les missiles artisanaux d'une Gaza encerclée, comment pourront-ils vaincre l'Iran ou même la Syrie et le Liban? »

La futilité du refus des sionistes de négocier une entente politique qui reconnaît les droits des Palestiniens expose Netanyahu et Obama comme des empereurs éhontés qui n'ont pas d'autre intention que de faire la guerre à l'infini. Les peuples du monde ne peuvent accepter un comportement aussi hostile dans l'effort pour régler les problèmes légués par l'histoire. Netanyahu et Obama n'ont aucune intention de régler quoi que ce soit. Ils veulent la capitulation totale des Palestiniens et la destruction de la résistance même si la résilience de la population de Gaza et le cessez-le-feu qu'elle est parvenue à imposer montrent concrètement que cela ne se produira pas. Et pourtant, ils n'ont pas changé d'objectif et aucune négociation avec le Hamas n'est prévue. Entre-temps, ce sont les demandes des Palestiniens qu'ils sont forcés d'accepter. Cela provoque le désarroi dans le camp des sionistes et de leurs patrons anglo-américains qui préfèrent le nihilisme des assauts meurtriers masqués sous le drapeau de la légitime défense, la voie des crimes de guerre qui s'est avérée incapable de détruire la détermination et la résistance du peuple palestinien.

Les peuples du monde rejettent avec mépris les politiques d'assassinats ciblés par drones, les campagnes de « choc et effroi » et le refus de négocier et de reconnaître les droits des Palestiniens. L'humanité exige un règlement négocié, pas d'autres crimes de guerre, et croit que tout pays, le Canada y compris, doit exiger que soient traduits en justice les sionistes fanatiques responsables de crimes e guerre. Il faut trouver une solution politique à l'injustice de la Nakba et des crimes de guerre continuels contre les Palestiniens, et si la communauté internationale ne tient pas les occupants sionistes et leurs patrons anglo-américains responsables, les peuples le feront par leur résistance héroïque.

Haut de page


L'opération «pilier de défense» n'apporte à Israël
rien d'autre que la disgrâce et
la condamnation internationale


Après plus de huit jours d'une agression meurtrière des sionistes israéliens soutenus par les États-Unis contre la population de la bande de Gaza, la secrétaire d'État des États-Unis Hillary Clinton et le ministre des Affaires étrangères d'Égypte Mohamed Amr ont annoncé au Caire mercredi le 21 novembre, un peu après 12 h 30, heure de l'Est, qu'un cessez-le-feu entrerait en vigueur à compter de 14 heures.

Les mots choisis par Clinton pour annoncer le cessez-le-feu sont assez révélateurs, montrant à quel jeu se livrent les grandes puissances pendant qu'elles infligent toutes ces souffrances au peuple palestinien. Elle a souligné que cet accord « protège la sécurité régionale » d'Israël tout en « adressant certaines préoccupations régionales » des Palestiniens. Elle dit donc que les Palestiniens ne méritent pas la sécurité contre le siège, l'occupation et les actes meurtriers d'Israël, comme ceux commis durant l'opération « pilier de défense ».

Or, la résistance palestinienne a affronté la force militaire supérieure avec son courage habituel. Jusqu'au moment de l'annonce du cessez-le-feu, le rêve du lebensraum de l'occupant israélien était continuellement interrompu par l'arrivée de roquettes «fajr-5» (de conception iranienne), le moyen choisi pour dissuader l'agresseur. Puis ce mercredi matin, un autobus a été la cible d'un attentat à Tel Aviv, faisant au moins 27 blessés. De la bande de Gaza, cela fut annoncé comme un geste de revanche pour le meurtre d'une famille entière d'au moins 12 personnes par les frappes aériennes d'Israël deux jours plus tôt.

Durant l'opération « pilier de défense », la population civile de la bande de Gaza a été la cible d'un bombardement meurtrier et intensif d'Israël. Les frappes ont fait plus de 160 victimes parmi les résidents, donc plus de 30 % sont des enfants de moins de 10 ans et 20 % des femmes, mères des enfants tués pour la plupart. On a enregistré plus de 1000 blessés, dont un nombre important de personnes âgées et d'enfants. Durant les derniers jours de l'assaut, qui gagnait en intensité, l'occupant sioniste a concentré ses feux sur les bureaux de la presse à Gaza et sur d'autres cibles civiles près de la frontière sud-est.

Ripostant à cet assaut qui rappelle Guernica, le Hamas et les autres groupes de résistance de la bande de Gaza ont surpris le gouvernement et la population d'Israël en lançant plus de 1000 roquettes et missiles, dont plus des deux tiers atteignant leur cible à l'intérieur du territoire revendiqué par l'État d'Israël, jusqu'à Tel Aviv dans le nord et les colonies de peuplement sioniste près de Jérusalem-Est. Le compte officiel est de six morts et des dizaines de blessés, mais on ne saurait croire rien de ce qui sort de la bouche des représentants de l'État militarisé d'Israël.[1]

Après une semaine de tirs ininterrompus de roquettes et d'attentats contre des autobus à Tel Aviv, la bulle psychologique soigneusement maintenue par l'occupant sioniste (à l'effet que seulement les personnes habitants à 20 km de Gaza étaient menacées en tout temps) a finalement éclatée. La confiance dans le gouvernement de Netanyahu en tant que « protecteur » de la vaste majorité des citoyens israéliens a été si solidement ébranlée que très peu croient qu'elle survivra très longtemps à ce dernier spasme de violence. Dans ces circonstances où aucun des objectifs d'Israël n'ont été atteint, l'obtention d'un cessez-le-feu doit être considéré comme une victoire pour le peuple palestinien. Cela ajoute à sa réputation de peuple résolu face à une force militaire supérieure et la psychologie du génocide.

Selon l'esprit du cessez-le-feu, le gouvernement sioniste doit commencer à concéder à la demande fondamentale des Palestiniens que soit levé le siège barbare de la bande de Gaza en vigueur depuis 2007 comme premier pas vers une trêve durable. Les rapports indiquent que l'armée israélienne ne tirera plus sur les gens qui s'approchent de la frontière (rappelons que c'est un incident de ce genre qui a servi de prétexte au déclenchement de la récente opération). Beaucoup de représentants des gouvernements égyptien et turc et de la Ligue arabe appuient cette demande principale formulée par le Hamas. Le temps nous dira si les États-Unis et l'entité sioniste le permettront, puisqu'ils continuent de dire publiquement qu'ils veulent l'élimination du Hamas comme condition à la levée du siège.

À la fin de chaque année fiscale, les États-Unis, en raison du pacte d'assistance militaire avec Israël, renouvellent leur approvisionnement en armes, y compris les armes interdites comme le Dense Inert Metal Explosive (DIME) et le phosphore blanc. La prochaine échéance sera un véritable test de la trêve.

Un autre test sera l'élection du 22 janvier dans laquelle Netanyahu se représente. On attendra de voir entre autres quel accommodement traditionnel concluront les États-Unis et Israël durant la période précédant l'élection.

L'élément le moins favorable pour les États-Unis et leurs alliés est la coïncidence de ces récents développements concernant les Palestiniens avec la maturation des mouvements populaires en Égypte, Tunisie et autres pays arabes. Cette effervescence aura à coup sûr un impact sur les stratégies des États-Unis pour établir leur «plate-forme pivotante» vers l'Asie, sans parler des plans concernant l'Iran et l'ambition des États-Unis et de l'Union européenne de redécouper la Russie post-soviétique.

Note

1. La divulgation du nombre de victimes ou de toute information autre que celle donnée par le Censure militaire est une offense comportant une peine de prison en Israël. Dans le passé, des médias qui ont révélé le nombre de victimes ou divulgué des informations sur l'ampleur des pertes se sont vus interdits en Israël. Quatre jours après le début du dernier conflit, aucun média en Israël n'avait encore parlé de l'assassinat ciblé de la personne responsable de l'arsenal de roquettes de Qassam.

(Traduction: LML)

Haut de page


Le texte de l'accord de cessez-le-feu
entre Israël et Gaza

L'accord de cessez-le-feu conclu sous médiation égyptienne entre Israël et les Palestiniens de Gaza mercredi le 21 novembre.

Voici le texte de cet accord :

Dispositions convenues relativement à l'accord de cessez-le-feu conclu entre Israël et les groupes combattants de la bande de Gaza, dirigés par le Hamas, avec la médiation de l'Égypte :

1. Israël cesse toute action agressive à Gaza, que ce soit par mer, par terre ou par les airs, y compris toute incursion et tout assassinat ciblé.

2. Les factions palestiniennes et la branche armée cessent toute action agressive depuis la bande de Gaza contre Israël, y compris tout tir de roquette et toute attaque à la frontière entre la bande de Gaza et Israël.

3. Les points de passage seront ouverts et la circulation des biens et personnes seront facilités, sans restreindre les déplacements des habitants ni les prendre pour cible près des zones frontalières. Cette mesure sera mise en oeuvre 24 heures après l'entrée en vigueur du présent accord.

4. Tout autre problème éventuel sera discuté en tant que besoin.

Mécanisme de mise en oeuvre :

1. Décision de l'heure zéro pour le début de l'entrée en vigueur de l'accord de cessez-le-feu.

2. Obtention par l'Égypte de garanties de toutes les parties qu' elles respecteront les dispositions convenues.

3. Engagement de la part de chaque partie à s'abstenir de toute action unilatérale ou violation de ces accords. Toute éventuelle observation sera transmise à l'Égypte, en tant que médiateur de cet accord, qui en assurera le suivi.

Haut de page


Conférence de presse conjointe du
Hamas et du Djihad islamique


Le secrétaire-général du Djihad islamique, Ramadan Abdullah
Shaliah (à gauche) et Khaled Meshaad, chef du bureau politique
du Hamas, lors d'une conférence de presse tenue le 21
novembre 2012, au Caire, durant laquelle ils annoncent un
cessez-le-feu. (Al Manar)

Al Manar rapporte la tenue d'une conférence de presse conjointe au Caire entre Khaled Meshaal, chef du bureau politique du Hamas et le secrétaire-général du Djihad islamique, Abdullah Shallah, où « les deux hommes ont souligné que l'offensive de Gaza a été un échec pour l'entité sioniste ».

Décrivant la défaite d'Israël comme « la Guerre de huit jours », Meshaal a souligné que l'histoire de la résistance est remplie de souvenirs et d'accomplissements, une référence à « la Guerre de six jours » de laquelle l'entité sioniste aime bien se vanter.

« Ce qui s'est passé à Gaza a été une défaite tactique pour Israël », a dit Meshaal aux journalistes réunis au Caire, ajoutant que l'entité sioniste « a été défaite par la résistance malgré les tentatives d'imposture d'Israël (qui a prétendu le contraire) et dont nous serons témoins dans les jours qui viennent. »

Il a fait la remarque que 24 heures après le cessez-le-feu, la discussion « pour satisfaire les demandes du peuple se tiendront dans le but de mettre fin au carnage et au blocus continus de Gaza ».

Meshaal a salué le rôle de médiateur joué par l'Égypte qui, selon lui, a agi de façon très responsable.

« Nous tenons à remercier tous ceux qui ont pris part à la médiation du cessez-le-feu », a-t-il dit, ajoutant que « l'Égypte s'est montrée ouverte aux demandes de la résistance ».

En ce qui a trait à l'appui de l'Iran à la résistance palestinienne, Meshaal a dit : « Nous allons assurément remercier l'Iran pour son appui. Nos armes sont fabriquées par nous à Gaza. Certaines provenaient aussi de l'Iran. »

« Nous sommes prêts à respecter le cessez-le-feu en autant que l'entité sioniste en fasse de même, sinon nous sommes prêts à répondre », a dit Meshaal.

Pour sa part, le secrétaire-général de la Djihad islamique a dit que ce qui s'est passé à Gaza « est sans contredit un véritable échec pour l'entité sioniste ».

« Nous sommes une résistance puissante. Toutefois, nous sommes aussi un peuple beaucoup plus puissant, une Ummah (nation) puissante et une Égypte beaucoup plus puissante », a dit Shallah.

Alors qu'il a souligné que la résistance à Gaza est dans une position de force, Shallah a tenu à rappeler que la résistance palestinienne est « prête à respecter le cessez-le-feu en autant que l'ennemi israélien en fasse autant ».

Par ailleurs, la déclaration émise par la Maison blanche dit : « Le président Obama a parlé aujourd'hui au premier ministre Netanyahu et a réitéré son appui à la sécurité d'Israël. Le président a dit clairement qu'aucun pays ne peut s'attendre à tolérer des attaques à la roquette contre des civils.

« Le président a exprimé comment il apprécie les efforts du premier ministre pour oeuvrer avec le nouveau gouvernement égyptien afin d'en arriver à un cessez-le-feu soutenu et à une solution plus durable face à ce problème. Le président a salué le premier ministre pour avoir accepté la proposition égyptienne de cessez-le-feu, proposition que le président a recommandé au premier ministre d'accepter, tout en réitérant qu'Israël maintient le droit de se défendre.

« Le président a dit que les États-Unis vont aussi saisir l'occasion offerte par le cessez-le-feu pour intensifier les efforts pour répondre aux besoins en sécurité d'Israël, notamment les questions de contrebande d'armes et d'explosifs vers Gaza. Le président a dit qu'il s'engage à trouver des sources supplémentaires de financement pour le Dôme d'acier et pour les autres programmes de missiles de défense israélo-américains. »


Dommages causés par les frappes aériennes d'Israël, 18 novembre 2012

Haut de page


Les crimes de guerre d'Israël sont condamnés
partout dans le monde

Résistance ferme en Palestine

Bethléhem, 21 novembre 2012



Ramallah

Funérailles d'un jeune palestinien le 20 novembre 2012



19 novembre 2012

Naplouse, 18 novembre 2012


Beit Jala, 17 novembre 2012


Égypte


16 novembre 2012

Israël


Tel Aviv, 17 novembre 2012

Iran


Téhéran, 19 novembre 2012

Liban



Beyrouth, 16 novembre 2012

Syrie


Damas, 16 novembre 2012

Turquie


Istanbul, 16 novembre 2012

Yémen


16 novembre 2012

Tunisie


15 novembre 2012

Libye


16 novembre 2012

Pakistan


Lahore, 18 novembre 2012

Inde


New Delhi, 19 novembre 2012

Indonésie


Jakarta, 18 novembre 2012

Malaysie


Kuala Lumpur, 16 novembre 2012

Corée


Séoul, 16 novembre 2012

Étast-Unis

New York, 15 novembre 2012



Boston, 30 novembre 2012



Washington, 15 novembre 2012


Chicago, 15 novembre 2012



Asheville, 16 novembre 2012


Gainesville, 15 novembre 2012


Denver

16 novembre 2012

Los Angeles, 16 novembre 2012


San Francisco, 19 novembre 2012

Angleterre


17 novembre 2012

Écosse


Edinburgh, 17 novembre 2012

France


Paris, 17 novembre 2012

Serbie


Sarajevo, 20 novembre 2012

Mexique


16 novembre 2012

Venezuela


Caracas, 21 novembre 2012

Australie


Melbourne, 17 novembre  2012

Afrique du Sud


16 novembre  2012

Canada

Halifax






Montréal

Plus de 1000 personnes ont pris les rues du centre-ville de Montréal pour exprimer leur soutien à la population de Gaza qui subit les attaques meurtrières des sionistes d'Israël. Avec colère, les participants ont dit  Honte! au gouvernement Harper qui est complice de ces atrocités et les appuie.

Tour à tour, les différents porte-paroles ont dénoncé les crimes d'Israël visant à soumettre le peuple palestinien à sa politique génocidaire. Le courage de la Palestine et sa résistance ont été salués par les manifestants car, comme l'a dit un orateur, jamais le peuple palestinien ne se mettra à genoux.

Le centre-ville de Montréal a retenti pendant près de trois heures sous les slogans « Vive la Palestine ! Israël: terroriste, Harper: complice! Solidarité avec Gaza et avec tout le peuple palestinien ! »

Des étudiants de l'Université Concordia ont organisé plusieurs actions quotidiennes qui ont commencé sur les campus et se sont poursuivies devant le consultat israélien, notamment une manifestation de plus de 200 personnes le 16 novembre.

18 novembre 2012





16 novembre 2012



Ottawa


Edmonton



Calgary





Vancouver


16 novembre 2012

(Photos: LML, SPHR, Activestills, Palestine Solidarity Campaign (UK), PressTV, A. Sevin/Dancewater blog, Occupied Palestine blog)

Haut de page


Lisez Le Marxiste-Léniniste
Site web:  www.pccml.ca   Courriel: redaction@cpcml.ca