Le Marxiste-Léniniste

Numéro 119 - 17 novembre 2012

Non à l'opération «pilier de défense» d'Israël

Les forces d'occupation poursuivent
leur assaut criminel contre Gaza


Palestine, le 16 novembre 2012

Non à l'opération «pilier de défense» d'Israël
Les forces d'occupation poursuivent leur assaut criminel contre Gaza
Vive dénonciation des attaques israéliennes à Montréal
Manifestations d'urgence partout dans le monde


Non à l'opération «pilier de défense» d'Israël

Les forces d'occupation poursuivent
leur assaut criminel contre Gaza


Les manifestations se poursuivent

Québec
Dimanche le 18 novembre - 13 h
devant l'Assemblée nationale

Montréal
Dimanche le 18 novembre - 13 h
Université Concordia, Édifice Hall, 1455 de Maisonneuve, ouest
(Métro Guy-Concordia)

Ailleur au Canada, cliquer ici




Manifestation à Ramallah le 15 novembre

Depuis qu'Israël a déclenché son opération criminelle « pilier de défense », l'armée israélienne intensifie son assaut contre la population de Gaza, bombardant ses domiciles et ses terres.


Bil'in, le 15 novembre

Israël a bombardé Gaza à plus de 40 reprises au cours de la nuit de jeudi. Il a aussi frappé Rafah, Khan Younis, Deir al-Balah ainsi que le camp de réfugiés de Bureij, blessant 12 personnes.

L'armée israélienne a déclaré dans un communiqué qu'elle avait ciblé 150 sites de lancement de roquettes ainsi que des installations de stockage de munitions au cours de la nuit.

À Khan Younis, la maison du commandant des Brigades d'al-Quassam, Mohammad Sanour, a été bombardée à l'aube, blessant deux personnes. Selon des sources locales, Sanour n'était pas à la maison au moment de la frappe.

L'armée israélienne a aussi dit que ses aéronefs avaient ciblé « un site majeur d'activités terroristes situé au sud de la bande de Gaza dans le but d'endommager les postes de commande et de contrôle de l'organisation terroriste Hamas ».

Ashraf al-Qodra, porte-parole du ministère palestinien de la Santé à Gaza, a indiqué que des avions de combat israéliens avaient lancé un missile sur une auto de civils à Beit Hanoun, au nord de Gaza, tuant trois enfants. Les victimes sont Fares al-Basyouni, 9 ans, ainsi que deux frères, Odai Jamal Nasser et Tareq Jamal Nasser, 16 ans et 14 ans respectivement. Le bilan des victimes est maintenant 39 personnes tuées.

La force des bombardements aériens a fait trembler la terre et a illuminé le firmament, déclenchant la riposte des roquettes palestiniennes lancées bruyamment des abords de la ville de Gaza vers Israël, selon certains témoins.

Un générateur électrique servant à approvisionner la maison du premier ministre du Hamas à Gaza, Ismail Haniyeh, a été frappé par Israël. Il n'est pas clair si le premier ministre était présent au moment de l'attaque.

L'agence de presse Ma'an rapporte que selon des témoins de violentes explosions auraient secoué le quartier Sheikh Radwan de Gaza et auraient enflammé un immeuble. Plusieurs personnes ayant subi des blessures, y compris des femmes, ont été transportées à l'hôpital Al-Shifa de Gaza, selon un correspondant de Ma'an.

Les aérronefs israéliens ont frappé le quartier général de la police de la navigation à Deir al-Balah, celui-ci ayant été à maintes reprises victime de frappes aériennes par Israël, selon des témoins.


Marche nocturne à Naplouse le 15 novembre

Le vendredi au matin, on rapporte que plus de 30 frappes aériennes ont été orchestrées contre différentes régions de Gaza dans moins de 30 minutes. Ces 30 frappes ont été perpétrées par des aéronefs israéliens, ciblant des secteurs civils, des centres de résistance et des immeubles appartenant au ministère de l'Intérieur et causant des dommages importants même à une école dirigée par l'Office de secours et de travaux des Nations Unies (OSTNU) à Gaza. Des centres de sécurité palestiniens ont été frappés ainsi que la branche civile du ministère de l'Intérieur, à l'ouest de Gaza, victime de missile.

À Khan Younis, dans le secteur sud de la bande de Gaza, l'armée a bombardé une autre école OSTNU, causant des dommages importants. Le Centre Ahrar d'études pour détenus rapporte que l'armée israélienne a aussi largué des bombes sur une église en construction dans Gaza causant des dommages.

Le ministère de l'Intérieur bombardé

Suite au bombardement du département des Affaires civiles du ministère de l'Intérieur de Gaza, l'agence de presse Ma'an a signalé : « Des équipes de dépannage ont éteint un important incendie au ministère dans le quartier de Tel al-Hawa alors que des ambulances transportaient des Palestiniens blessés des édifices résidentiels du secteur. Les porte-parole du ministère ont rassuré les citoyens à l'effet que plus de 90 % des dossiers et des documents personnels avaient été préservés sur ordinateur et étaient toujours accessibles. L'édifice contient des dossiers vieux de 70 ans du registre civil palestinien, a dit le ministère. Les frappes israéliennes contre nos quartiers généraux civils et de sécurité ne réussiront pas à décourager le gouvernement d'accomplir son travail, a rajouté le ministère.

Israël déclare qu'il a ciblé 450 « sites d'activités terroristes » dans la bande de Gaza depuis qu'il a déclenché son opération le 14 novembre, après l'assassinat du commandant des brigades d'al-Quassam, Ahmad al-Jabari, à Gaza.

Ripostant à l'escalade militaire israélienne, des groupes armés palestiniens à Gaza ont reconnu avoir lancé des douzaines de roquettes sur Israël, dont certaines ont atteint Tel Aviv, Ashdod, et plusieurs autres régions. La résistance a indiqué qu'elle continuera de défendre le peuple qui vit constamment sous la menace d'attaques israéliennes, aussi longtemps qu'Israël continuera de tuer et de blesser la population civile, y compris des enfants. Trois Israéliens ont été tués par roquettes palestiniennes et plusieurs autres ont subi des blessures.

Les Palestiniens manifestent à Cisjordanie


Huwwara (gauche) et Bil'in, le 15 novembre

On rapporte que des milliers de Palestiniens ont aussi tenu des manifestations dans différentes sections de la Cisjordanie sous occupation pour dénoncer l'agression militaire soutenue d'Israël contre Gaza. L'armée a répondu par balles, bombes fumigènes, bombes fusantes à aérosol, balles de métal et de caoutchouc contre les manifestants dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, faisant des blessés.

Des manifestants ont occupé des locaux à Manara en guise de solidarité avec la bande de Gaza dans le centre-ville de Ramallah.

Les manifestants ont lancé l'appel aux factions de la résistance présentes dans la bande de Gaza et en Cisjordanie à escalader la résistance contre l'occupation israélienne en riposte à l'agression contre les Palestiniens de la bande de Gaza. Ils ont dénoncé l'assassinat du commandant des brigades de Qassam, Ahmed al-Jabari, mercredi après-midi à Gaza par les forces israéliennes.


Hébron, let 15 novembre

Plusieurs rassemblements ont eu lieu dans les villes de Ramallah et d'Al-Bireh pour condamner l'agression et l'occupation.

Des escarmouches ont éclaté dans plusieurs secteurs du district de Hébron, au sud de la Cisjordanie sous occupation. Des soldats israéliens ont enlevé trois Palestiniens.

Plusieurs ont été blessés à Jenin et à Nablus, dans la région au nord de la Cisjordanie au cours de confrontations entre l'armée et des citoyens dont certains ont été enlevés.

L'armée a aussi pris de force une école à Jenin pour la transformer en base militaire.

Des soldats ont envahi Beit Sahour et Beit Jala à Bethleem et la population a lancé des pierres en direction des forces envahissantes.

Haut de page


Vive dénonciation des attaques israéliennes
dans la bande de Gaza à Montréal


Plus de 200 personnes se sont rassemblées devant le consulat général d'Israël à Montréal le vendredi 16 novembre pour dénoncer les attaques sionistes contre la bande de Gaza. Tenant une large bannière sur laquelle était écrit : « Gaza, je me souviens », une centaine de manifestants ont marché de l'Université Concordia un peu plus tôt pour rejoindre le contingent rassemblé devant le consulat. « Israël terroriste ! Canada complice ! Vive la Palestine ! Solidarité avec le peuple palestinien ! », ont-ils crié.

Les intervenants ont dénoncé d'une seule voix les attaques criminelles d'Israël contre Gaza ainsi que le gouvernement canadien de Stephen Harper pour sa complicité et son appui honteux à celles-ci. Un porte-parole de la communauté juive a tenu à dénoncer la couverture médiatique qui associe les juifs aux sionistes. « Le judaïsme n'est pas le sionisme », a-t-il affirmé. Ces crimes n'ont rien à voir avec le judaïsme et les juifs qui dénoncent l'agression israélienne.

Il y a eu une minute de silence en hommage aux 20 premières victimes des tirs israéliens dont les noms ont été présentés aux manifestants.

Tous ont appelé les manifestants à élever la voix et à mobiliser amis et familles à participer aux manifestations qui auront lieu à Montréal et à Québec dimanche 18 novembre à 13 h pour dénoncer haut et fort ces crimes perpétrés contre le peuple palestinien. Jamais il ne se mettra à genoux.


Haut de page


Manifestations d'urgence partout dans le monde

Israël


L'escouade antiémeute d'Israël attaque une manifestation en appui à Gaza devant la Vieille Cité, Jérusalem,
le 16 novembre 
(photo: activestills.org)


Tel Aviv, 15 novembre (photo: activestills.org)

Égypte


Place Tahrir, Le Caire, 15 novembre

Canada






Toronto, 15 novembre 2012

États-Unis



New York, 15 novembre 2012


Boston, 15 novembre 2012

Haut de page


Lisez Le Marxiste-Léniniste
Site web:  www.pccml.ca   Courriel: redaction@cpcml.ca