Le Marxiste-Léniniste

Numéro 36 - 31 mars 2012

42e anniversaire du PCC(M-L)

Ensemble, continuons d'ouvrir une nouvelle voie
dans la lutte pour donner une nouvelle direction
au pays et émanciper la classe ouvrière!


 

Hardial Bains
Fondateur du PCC(M-L)

Aujourd'hui est le 42e anniversaire de la fondation du Parti communiste du Canada (marxiste-léniniste). Le Comité central du Parti transmet ses salutations révolutionnaires à tous les membres et supporters du Parti et les appelle à intensifier les efforts pour renforcer le Parti et étendre son influence et la qualité de son leadership dans la lutte de classe pour défendre les droits de tous, établir de nouveaux rapports de production de l'humanité socialisée pour l'harmoniser avec l'économie socialisée, et libérer le pays du système impérialiste d'États.

Le PCC(M-L) transmet aussi ses salutations chaleureuses à tous les travailleurs qui résistent aux attaques contre leurs droits et qui s'organisent en contingents de l'Opposition ouvrière pour bâtir le nouveau, et aux peuples du monde qui se défendent contre l'agression impérialiste et l'exploitation et qui affirment leur droit souverain de décider eux-mêmes de leur voie de développement.

Le PCC(M-L) appelle la classe ouvrière entière, y compris les professionnels et ceux qui vivent de petites entreprises et d'entreprises familiales, à se mobiliser plus efficacement pour ouvrir une nouvelle voie dans la lutte pour défendre les droits de tous contre le droit de monopole. Notre responsabilité sociale collective est de créer une nouvelle direction dans les affaires politiques et économiques du pays, une direction qui reflète correctement le caractère socialisé et interconnecté de l'économie et du mode d'existence moderne. Une nouvelle direction signifie que les membres de la société doivent contrôler leurs affaires politiques et économiques et pouvoir prendre les décisions qui affectent les endroits où ils travaillent, les secteurs de leur économie, leurs institutions sociales, leurs quartiers et leur société. Cela veut dire que le produit social créé par la classe ouvrière doit être réinvesti dans les programmes sociaux, les services publics et l'économie productive, en particulier le secteur manufacturier, pour que tous puissent profiter de la grande production industrielle et pas seulement une poignée de privilégiés. Partout où ils vivent et travaillent, les membres de la société doivent devenir les décideurs. Les propriétaires du capital monopoliste qui possèdent d'énormes richesses et jouissent d'influence, qui ont leur oligarchie politique et leurs monopoles et contrôlent des institutions publiques et privées, doivent être privés du pouvoir de priver le peuple de ses droits, de la richesse de son économie socialisée et de son bon fonctionnement.

Neuvième Congrès du Parti

Cette année du 42e anniversaire est un important jalon dans la vie du Parti alors que nous commençons à engager les activistes et amis du Parti dans le bilan de leur travail depuis le VIIIe Congrès et pour tracer notre plan d'action pour les cinq prochaines années. Le 13 mars de l'année prochaine nous célébrerons le cinquantième anniversaire de la fondation des Internationalistes et ce sera pour tous les communistes une occasion de penser à la contribution de Hardial Bains et au progrès que nous faisons sur la voie qu'il a ouverte pour le monde. Le camarade Bains a combattu toute sa vie pour réaffirmer l'autorité du communisme et amener cette autorité en harmonie avec les conditions modernes. Le communisme moderne et le Parti d'aujourd'hui reflètent la passion de Hardial pour le nouveau et sa détermination à combattre constamment pour le renouveau, pour enrichir la théorie, renforcer les organisations du Parti et créer les nouvelles formes organisationnelles de la résistance, de la politique et de la démocratie de la classe ouvrière.

Par des actions avec analyse, l'organisation de groupes de rédacteurs et diffuseurs, en dirigeant la lutte de classe sur tous les fronts dans des conditions qui changent constamment, les camarades du Parti, par leurs propres efforts, approfondissent et élargissent la théorie révolutionnaire et contribuent à la Pensée marxiste-léniniste contemporaine. En abordant le monde tel qu'il existe et en analysant les conditions concrètes là où les membres et supporters du Parti sont engagés dans le travail révolutionnaire, le Parti et tous ses organismes peuvent répondre efficacement à l'appel de l'histoire et faire avancer le monde vers une rupture avec l'autorité désuète qui est en contradiction avec les conditions, sur leur front de travail particulier et dans la société en général.

Le Parti défend la thèse de Lénine selon laquelle sans théorie révolutionnaire il ne peut y avoir de mouvement révolutionnaire, et que sans la pratique révolutionnaire la théorie révolutionnaire s'atrophie et devient un dogme sans vie. Pour les communistes, la théorie est la déesse de la lumière qui illumine la voie vers l'avant, mais il faut d'abord être engagé sur la voie révolutionnaire et combattre pour faire avancer la lutte de classe. À mesure que nous combattons et avançons dans notre pratique révolutionnaire, la théorie doit avancer également pour répondre efficacement aux conditions qui changent constamment, objectivement et subjectivement, par nos efforts en organisant et en menant la lutte de classe.

Changement, développement et mouvement

Le monde ne ralentit jamais dans son changement, développement et mouvement constants, alors nos cerveaux non plus ne doivent pas ralentir en réponse à l'appel de l'histoire. Qui aurait pensé ne serait-ce qu'il y a dix ans que Harper, Obama, Cameron et les autres dirigeants capitalistes oseraient attaquer le contrat social avec autant d'acharnement qu'aujourd'hui ? Tous les arrangements établis avec le travail après la Deuxième Guerre mondiale sont en train d'être renversés, laissant la classe ouvrière en proie aux pires assauts de l'État et des monopoles comme Rio Tinto, Air Canada, US Steel, les monopoles de l'automobile et de l'industrie forestière, Vale et d'autres. Il ne se passe pas un jour sans qu'une nouvelle infamie ne soit commise contre la classe ouvrière, y compris les attaques contre la dignité des enseignants, des scientifiques, des autres professionnels et des travailleurs du secteur public, la destruction du secteur manufacturier et les budgets d'austérité qui privent le peuple des programmes sociaux et des services publics dont il a besoin pour vivre dans la dignité et en santé.

Or, il ne s'agit pas de pester contre la situation actuelle ou d'exprimer la frustration ou le désespoir. Il s'agit de montrer de quoi nous sommes capables en tant que communistes et travailleurs. Les contradictions au sein du capitalisme monopoliste d'État sont si intenses que l'oligarchie dominante, pour se sauver et sauver son système en crise, sa vie de richesse et de privilège de classe, attaque tout le monde sauf la petite minorité qui détient le pouvoir et l'influence économiques et politiques. Se servant du pouvoir d'État et de l'immense richesse à leur disposition, les monopoles et leurs intérêts privés attaquent la vaste majorité de la population et ses intérêts fondamentaux. Ils politisent leurs intérêts privés et dépolitisent l'intérêt public, créant un état d'anarchie et de violence partout dans le monde. Ils exposent la faiblesse du capitalisme monopoliste d'État et de ceux qui possèdent d'immenses richesses et les privilèges de classe; objectivement ils n'ont pas d'alliés dans la population sauf leurs hommes de main, ce qui les rend, eux et leur État, extrêmement vulnérables face à la détermination du peuple à défendre ses droits et l'intérêt général de la société.

Sur le front international, qui aurait cru il n'y a pas si longtemps que l'impérialisme américain oserait détruire tous les arrangements sortis de la Deuxième Guerre mondiale ? C'est pourtant ce qu'a fait l'empire américain, déclarant la guerre à tous les pays, grands et petits, dans une lutte à finir pour la domination mondiale. Il est parvenu à rallier les oligarchies dominantes du Canada, du Mexique, de Grande-Bretagne et d'autres pays en un axe d'agression constante contre tous ceux qui voudraient contester son autorité réactionnaire. Les États du Canada et du Mexique sont devenus des partenaires juniors du Homeland Security américain dans sa campagne contre les droits de tous et pour la domination mondiale. L'impérialisme américain est devenu la puissance la plus agressive depuis l'Allemagne hitlérienne, déclenchant agression après agression et préparant constamment des guerres d'envergure toujours plus grande.

Mais les communistes et la classe ouvrière ne tombent pas dans la politique du désespoir ou de la liquidation. Au contraire, les forces révolutionnaires organisent leur résistance, calmement, fermement et avec confiance. La raison en est que nous avons notre parti marxiste-léniniste et que nous avons confiance dans le caractère et la qualité de notre classe ouvrière. La dialectique de la nature révèle que la rupture avec l'ancien se découvre et se réalise par le travail révolutionnaire. La rupture avec le vieux monde se réalise lorsque nous ouvrons de nouvelles voies dans la lutte de classe. Telle est la dialectique et les communistes sont au premier rang dans cet effort.

L'appel de l'histoire à ouvrir une nouvelle voie

Aujourd'hui la classe ouvrière et ses dirigeants communistes doivent répondre à l'appel de l'histoire et engager une fois pour toutes le prolétariat moderne des pays du capitalisme monopoliste d'État sur la voie de la victoire durable. C'est maintenant que la classe ouvrière doit mettre à profit son expertise non seulement dans la production moderne, mais dans le communisme moderne, et ouvrir une nouvelle voie dans la lutte de classe en plein coeur du bastion de l'impérialisme, sans tomber dans le piège de l'opportunisme et de la trahison de l'objectif de la classe, qui est de s'émanciper et d'abolir les classes et la société de classes.

En ce 42e anniversaire de notre grand Parti, prenons l'engagement de continuer à ouvrir de nouvelles voies et, par nos actions et nos cerveaux, renforcer notre théorie marxiste-léniniste et notre caractère marxiste-léniniste. Les communistes canadiens ont montré en pratique au cours des 42 dernières années et plus qu'ils sont capables de répondre aux conditions changeantes et de développer et affirmer leur autorité communiste. Continuons sur la voie ouverte par Hardial Bains et poursuivie depuis sa mort par le Parti et le Comité central sous la direction de Sandra L. Smith.

Victoire à l'Opposition ouvrière dans sa lutte pour défendre les droits de tous et pour donner une nouvelle direction au pays, une direction qui convienne à l'existence humaine, sans guerre ni exploitation!

Vive le Parti communiste du Canada (marxiste-léniniste) !

Haut de page


Lisez Le Marxiste-Léniniste
Site web:  www.pccml.ca   Courriel: redaction@cpcml.ca