Mouvement pour la paix dans la péninsule coréenne

Opposition résolue aux exercices de guerre Freedom Shield 24

– Philippe Fernandez –

text>Les exercices de guerre Freedom Shield 24, dirigés par les États-Unis, ont été menés dans et autour de la péninsule coréenne du 4 au 14 mars dans le but de provoquer la République populaire démocratique de Corée (RPDC) et de terroriser le peuple coréen et la région. Il s'agit de l'un des plus grands exercices militaires conjoints menés par les États-Unis dans le cadre du « Combined Forces Command » qui réunit les forces américaines de Corée, l'armée de la République de Corée et du Commandement des Nations unies en Corée composé de 11 pays :l'Australie, la Belgique, le Canada, la Colombie, la France, la Grande-Bretagne, la Grèce, l'Italie, la Nouvelle-Zélande, les Philippines et la Thaïlande. Au total, 48 exercices d'entraînement sur le terrain se dérouleront dans toute la République de Corée au cours de l'année, soit plus du double de l'année dernière. Un exercice aérien parallèle appelé « Buddy Squadron » avec  une vingtaine d'avions de chasse, dont des F-15K sud-coréens et des F-16 américains aura lieu également.

L'armée américaine présente cet exercice comme « défensif » visant à renforcer « un haut niveau d'interopérabilité » qui permettrait à l'armée américaine de « répondre rapidement et efficacement à toute menace ». En outre, l'armée américaine souligne que Freedom Shield 24 a été mené « dans l'esprit du traité de défense mutuelle entre la République de Corée et les États-Unis du 1er octobre 1953 et en soutien à l'accord d'armistice ». Le problème est que toutes les menaces contre le peuple coréen viennent des États-Unis et de leurs alliés. Il est faux de prétendre que ces exercices sont « défensifs » alors que l'objectif a toujours été de parvenir à un changement de régime en RPDC, ce qui constitue une violation flagrante du droit international.

Plus précisément, l'accord d'armistice de juillet 1953, signé entre la RPDC et les États-Unis pour mettre fin aux combats de guerre de Corée (1950-53), exigeait que les États-Unis et toutes leurs forces satellites, y compris le Canada, quittent la péninsule coréenne et emportent tout leur matériel militaire avec eux, immédiatement après la signature d'un traité de paix mettant officiellement fin à la guerre. Non seulement les États-Unis n'ont pas respecté les termes de l'accord d'armistice, mais ils ont refusé de signer un traité de paix et ont activement bloqué les efforts déployés par le peuple coréen pour exercer son droit à l'autodétermination, notamment pour réunifier son pays divisé.

L'imposition du traité de défense mutuelle entre les États-Unis et la République de Corée en octobre 1953, moins de trois mois après la signature de l'accord d'armistice, a été utilisée depuis pour justifier les exercices de guerre annuels menés par les États-Unis dans la péninsule coréenne, pour maintenir la Corée divisée par la force et pour faire de la République de Corée une colonie américaine et un terrain d'entraînement militaire pour les guerres d'agression des États-Unis en Asie et dans le monde. Ce sont les États-Unis qui ont introduit les premières armes nucléaires dans la péninsule coréenne, en commençant par le missile « Honest John » porteur d'une ogive nucléaire en 1958, afin d'imposer leur diktat militaire à la République de Corée et de faire chanter l'ensemble du peuple coréen.

Le 5 mars, le ministère de la Défense nationale de la RPDC a dénoncé Freedom Shield 24, soulignant que ces exercices de guerre étaient provocateurs et aggravaient l'atmosphère déjà tendue dans la péninsule coréenne. Cette tension résulte du refus catégorique des États-Unis de résoudre pacifiquement leur différend avec la RPDC. Le ministère de la Défense nationale de la RPDC a souligné que pendant que ces exercices de guerre se déroulaient, l'armée de la RPDC était mobilisée pour la construction économique au service du peuple. Ce fait confirme qui est le fauteur de troubles dans la péninsule coréenne, a ajouté le ministère. Le ministère a ajouté que la RPDC suivra de près le Freedom Shield 24 afin de surveiller la situation et de prendre les contre-mesures nécessaires.

Alors que les États-Unis sont confrontés à une crise politique croissante  dans leur pays et à l'étranger, ils menacent de plus en plus les pays qui défendent leur indépendance et leur dignité. Il est essentiel que toutes les personnes éprises de paix et de justice au Canada et dans le monde soutiennent le peuple de la péninsule coréenne qui résiste aux menaces et à l'agression dont il est la cible de la part des États-Unis. Ce qu'il faut avant tout, c'est que les États-Unis mettent fin à ces actes d'agression dans la péninsule coréenne et signent un traité de paix avec la RPDC. Cela réduira immédiatement les tensions et créera les conditions nécessaires au développement de la paix dans la péninsule coréenne, conditions dont les Coréens du Nord et du Sud ont besoin pour faire avancer leur projet d'édification nationale et oeuvrer à la réunification pacifique de leur pays.

(Avec des informations de KCNA, Bulletin of Atomic Scientists.)


Cet article est paru dans
Logo
Volume 54 Numéro 2 - 23 mars 2024

Lien de l'article:
https://cpcml.ca/francais/Lml2024/Articles/LM540211.HTM


    

Site web :  www.pccml.ca   Courriel :  redaction@pccml.ca